Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

meditation

C'est le Seigneur

13 Avril 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

p che miraculeuse

Les disciples ont repris leur vie habituelle de pêcheurs. Ils vont pêcher de nuit, le cœur aussi obscur que le ciel sans étoile Pourtant le Ressuscité se manifeste. Mais leurs cœurs ont du mal à recouvrer la vraie lumière.
L’Évangile du troisième dimanche de Pâques relatant une pêche miraculeuse fait dialoguer la Parole de Dieu et notre vie personnelle, notre vie relationnelle, notre vie en Eglise. Il suffit de cueillir au passage les mots qui nous parlent.

« JE M’EN VAIS À LA PÊCHE ». Tout prend naissance dans une invitation amicale et communautaire : « Nous allons avec toi ». Occasion de repérer ce que nous devons aux autres, tous les gestes simples : un sourire, une invitation, un coup de téléphone amical et une rencontre… Seigneur voici ma vie, nos vies. Merci de les traverser.
« JÉSUS ÉTAIT LÀ SUR LE RIVAGE ». Présence mystérieuse du Christ à chacune de nos actions. Il est présent à nos réalités. Joie d’en reprendre conscience !
« JETEZ LE FILET » Non seulement il s’intéresse à notre travail mais il intervient, il encourage, il oriente. Invitation à regarder, sentir sa présence.
« C’EST LE SEIGNEUR ». D’abord c’est une confidence à peine murmurée par les plus proches, et puis c’est une certitude qui monte du fond de notre cœur et nous pousse à agir, à reconnaître les dons de Dieu. Pierre se jette à l’eau, les autres ramènent dans la barque les filets pleins de poissons. Tout est transfiguré.
« VENEZ DÉJEUNER » Tout est prêt pour l’accueil, et même, ils ont été sollicités pour les préparatifs. Mais c’est Jésus qui lance l’invitation. C’est lui qui va mener et qui se donne à le reconnaître..
« IL PREND LE PAIN ET LE LEUR DONNE » Comment ne pas faire le lien avec l’Eucharistie ? Il prend toute notre vie : nos relations, nos entreprises, nos résultats, nos échecs aussi et il les remplit de sa vie, les transfigure.
« SIMON, FILS DE JEAN M’AIMES-TU ? » Par trois fois Jésus pose la question mais pas avec les mêmes mots. Pierre, sincère, répond  je t’aime comme on aime un ami, tu le sais. Jésus se contente de cet amour humain que Pierre peut mesurer, donner, mais c’est toujours la même mission que le Christ confie : « Sois le pasteur de mes brebis. »

Si nous pouvions le reconnaître dans sa Parole, dans sa nourriture, au sein de notre communauté, nos yeux, nos oreilles, nos cœurs s’ouvriraient. Jésus ressuscité se donne à reconnaître jour après jour, et les sacrements vécus et partagés sont autant de moments où il se donne. Puissions-nous sortir de l’eucharistie en disant :
« C’EST LE SEIGNEUR », et en vivant de lui tout au long de la semaine.

Lire la suite

Thomas, une autre approche de la foi

6 Avril 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

saint-thomas-jesus
Et si pour cette fois nous regardions l’Apôtre Thomas d’une autre façon ? Non plus comme celui qui a osé douter de la venue du Christ en sa résurrection, mais au contraire comme un croyant qui se trouve confronté à ses propres interrogations ? Peut-être alors saurions-nous saisir que cet homme nous donne à voir sa foi bien davantage que ses limites…

En ce dimanche où l’Église fête la Divine Miséricorde du Seigneur, c’est-à-dire son pardon, sa douceur et son cœur source de tout amour, Thomas nous pousse à utiliser tous nos sens pour vivre de la présence du Christ revenu à la vie. Pour entrer dans la joie de ses frères, il a besoin de voir et de toucher son Maître et Seigneur…

Cette approche n’est pas celle de tous. À chacun de trouver sa route. Il n’empêche, les lectures de ce dimanche accordent une grande place au corps dans ses multiples dimensions. Nous sommes donc conviés à ne pas omettre que pour percevoir l’Esprit à l’œuvre, le corps ne peut être absent. Cette réalité, nos frères et sœurs malades ou handicapés l’ont comprise depuis longtemps. L’espérance de la guérison ou même d’un soulagement est toujours désirée et cela passe par des gestes et des paroles de consolation.

La paix que propose le Christ va dans ce sens, elle n’a pas d’autres buts que d’apaiser et d’encourager celles et ceux dont le fardeau pèse trop lourd. Si le Ressuscité est apparu à de nombreuses reprises, c’est peut-être pour dire à l’homme qu’il ne l’a jamais abandonné, et qu’il est toujours présent dans les sacrements pour soulager et réconcilier.

               Extrait de Prions en Eglise N°316
               Père Christophe Husson

 

Lire la suite

Le lavement des pieds

28 Mars 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

arcabas-lavement-des-pieds





Nous sommes le jeudi saint. Demain, Jésus, traité comme un esclave
 touchera le fond de la souffrance humaine. 
Aujourd’hui, Jésus affirme qu’il est Maître et Seigneur.

Mais en lavant les pieds 
de ses disciples, geste d’esclave pour son maître, il inverse la logique des choses, et exerce sa Seigneurie, non selon les valeurs du monde mais dans l’humilité et le service. Et donne ainsi son enseignement suprême : le maître se fait serviteur. Il fait don de sa personne au profit d’autrui, car l’amour est premier.

Jésus le dit, son royaume n’est pas de ce monde.
Par son geste, il bouleverse nos catégories et nous invite à faire advenir le seul règne qui soit : celui de l’amour.

                         Extrait de Panorama N°495 – monastère N.D. de Beaufort
                         Peinture Arcabas

 

Lire la suite

L'Amour jusqu'à la Croix

23 Mars 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Jésus en croix-1Dans le texte de la Passion que nous lisons en ce dimanche des Rameaux et de la Passion, Jésus est entouré de nombreux personnages : les autorités religieuses, Pilate, Caïphe, Judas, Pierre, les autres disciples, Simon de Cyrène, le bon larron, Joseph d’Arimathie, les femmes qui suivent Jésus, le centurion, les soldats.

À travers cette foule de gens qui prennent parti pour ou contre le Christ, Luc nous présente un Seigneur plein de miséricorde, de tendresse et de pardon, L’évangéliste a perçu et exprimé la sensibilité de l'amour du Père qui s'est manifesté en Jésus, surtout à l'égard des pauvres, de ceux qui souffrent, de ceux qui sont marginalisés par la société, comme en témoigne les paroles de Jésus, sur la croix qui révèlent l’identité de notre Dieu.

« Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font »
Cette parole est le cri le plus fort de l’évangile de l’amour et de notre Dieu. Ce cri de pardon nous parvient au milieu des injures et des moqueries lancées par la foule, par les autorités et par les soldats. L’évangéliste invite à se sentir impliqué dans le récit de la Passion.

« Aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis »
Jésus accueille le malfaiteur crucifié avec lui. Au seuil de la mort, Jésus ouvre à ce malheureux une perspective d’espérance et de vie. À travers les siècles, le Christ offrira cette même espérance à des milliers d’autres. Il continue de le faire encore aujourd’hui.

« Entre tes mains, je remets mon esprit »
St Luc nous indique que la mort de Jésus n’est pas un événement vide de sens : il s’agit d’un acte d’amour, du «passage vers le Père». Le Seigneur a vécu en communion étroite avec son Père et maintenant, dans l’angoisse de Gethsémani et les tourments de la crucifixion, il remet sa vie en toute confiance entre les mains de son Père.

Il fallait que Jésus passe par sa Passion et sa mort, la mort sur la Croix, pour que toutes les générations sachent jusqu’où va l’Amour de Dieu pour son peuple. Pour nous aujourd’hui, qui vivons cette montée vers Jérusalem dans le monde qui est le nôtre, la Résurrection éclaire déjà le chemin de Croix des personnes et des peuples. Jésus Christ nous précède. Nous pouvons Le suivre dans la confiance, Il est vainqueur de la mort.

                          Extrait de @cursillos.ca

 

Lire la suite

" Va et désormais ne pêche plus "

17 Mars 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

FemmeAdultereHarryAnderson







L’évangile que l’Eglise nous offre en ce dimanche se situe dans le Temple de Jérusalem. Ce Temple, la maison de Dieu, Jésus l’a purifié en chassant les marchands qui l’utilisaient pour leur commerce.
Aujourd’hui, les chefs religieux en font un tribunal. L’accusée, une femme, coupable d’adultère, doit être lapidée, selon la loi.

Jésus voit cette femme, comme il a vu Marie Madeleine, la Samaritaine, Pierre après son reniement, le bon larron.
Jésus la regarde avec respect, Il ne pointe pas vers elle un doigt accusateur.
Serait-ce la loi nouvelle qu’il trace, en silence sur le sol où il s’est abaissé ? La loi de l’amour et du pardon ? Nul ne le sait, mais cette loi, Jésus la grave dans la pierre des cœurs afin que sous la poussée de sa main créatrice, ils s’ouvrent à la vie.

« Qu’il lui jette le premier la pierre, celui qui est sans péché ! »
En se remettant à dessiner, sans regarder personne, Jésus les laisse se juger eux mêmes, sans se sentir accusés ou montrés du doigt. Ils se retirent les uns après les autres. Et l’évangile ajoute : «Ils s’éloignèrent les uns après les autres, en commençant par les plus vieux! »

Jésus sauve cette femme en lui révélant le visage de bonté et de miséricorde de Dieu. Le pardon la libère de son passé. Jésus ne mentionne même pas son péché. Il ne s’intéresse qu’à son avenir : «Va et désormais ne pèche plus».

Le Christ nous dit ce matin que le monde sera meilleur si nous commençons par changer nous-mêmes! Avec Dieu, nous ne sommes jamais étiquetés, mis de côté, condamnés, considérés comme irrécupérables. Il pose sur nous, comme sur la femme adultère, un regard plein de tendresse et nous dit à nous aussi : «Moi non plus je ne te condamne pas… va et ne pèche plus».


                               Extrait de @cursillos.ca

 

Lire la suite

Un Père qui pardonne...

9 Mars 2013 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Réconciliation AfricaineAujourd’hui, en lisant l’évangile, qui relate la parabole de l’enfant prodigue, nous pouvons comprendre enfin qui est Dieu : un Père qui veille, qui attend, ouvre ses bras, pardonne…

Le départ du fils reflète bien des situations vécues dans de nombreuses familles. Ici et là, en Europe, en Afrique... des milliers de jeunes s’éloignent de la maison paternelle avec le désir d’affirmer leur autonomie et d’exercer leur liberté. Ils quittent famille, ville, village et pays. Ils pensent trouver bonheur et opportunités dans un ailleurs à construire. Mais le rêve ne correspond pas toujours à la réalité et le retour n’est pas facile…

Si cette parabole est si touchante, c’est parce qu’elle est une grande histoire d’amour et l’expression de la plus belle image de Dieu. Un père prodigue, généreux, miséricordieux. Un géniteur de réconciliation qui réintègre le fils cadet et le réconcilie avec le fils aîné. Pour le père, l’amour ne se négocie pas et la fidélité ne crée pas des obligations.

L’Évangile ne fait rien d’autre que raconter l’amour de Dieu. Un Dieu qui peut réunir ses enfants aussi bien par le chemin de la révolte que par celui de l’obéissance. Ce même Dieu, aujourd’hui, voudrait bien que sa Parole prenne chair dans nos visages, dans nos vies et dans la réalité des évènements du monde et de l’Eglise. Sur la croix, Jésus est venu réconcilier tout homme avec Dieu, un Père qui pardonne...

            Extrait de Père Jean-Paul Sagadou - Prions en Eglise – mars 2013

 

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 41