Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer
Articles récents
Lire la suite

Publié depuis Overblog

21 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Annonce des messes

Jeudi 24 mars
  9 h 00  Messe à Hayange
18 h 00  Marspich à l’église

Rencontre de Carême – Suivie d’un bol de soupe 
 

Vendredi 25 mars  - Consécration de la Russie et de l'Ukraine au cœur Immaculé de Marie à 17h00 par le Pape François à la cathédrale St Pierre au Vatican

Samedi 26 mars
18 h 00   Messe à Saint Nicolas en Forêt
18 h 00   Messe à Serémange

 
Dimanche 27 mars  – 4ème Dimanche de Carême –
  9 h 15   Messe au Konacker
10 h 30   Assemblée de prières à Marspich
10 h 30   Messe à Hayange

CICCIA Joseph, Maria Concetta, Pietro, Rosa Maria, Filippo et les Ames du Purgatoire – Pour la paix dans le monde –

Lire la suite

Méditation 3e dimanche de Carême

20 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Luc (13, 1-9)

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. » Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?” Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.” »

URGENCE VITALE

Voici que l’Evangile se met à nous parler fort en ce dimanche. On croirait cette page sortie de nos actualités tristes et dramatiques qui nous bouleversent et alimentent aujourd’hui nos pensées et nos prières. L’injustice nous révolte et nous tétanise. Le ciel n’est plus pour certains le refuge à la vie rude. Il est devenu le lieu de l’angoisse. Où trouver un petit bout de terre protégée de la furie humaine ?

Le bienheureux Frère Luc, moine de Tibhirine, en a vu dans sa longue vie…Il en a traversé des guerres... La deuxième guerre mondiale : il s’est fait prisonnier volontaire comme médecin. Arrivé en Algérie en 1946, c’est plus tard la guerre d’indépendance qui lui vaut un premier rapt d’une semaine. Puis cette guerre civile, durant les années noires au début 90 pendant lesquelles, avec sa communauté, ils ont vécu sous la menace terroriste jusqu’à leur enlèvement fin mars 1996… il regardait les choses avec sagesse et défiance face aux forces de mort qui les menaçaient : “Ici la violence est toujours présente. […] c’est en soi qu’on doit se faire une retraite et un lieu pour conserver la sérénité.” (Heureux ceux qui espèrent, p. 133). Et il poursuivait : “Un homme âgé n’est qu’une chose misérable, à moins que son âme ne chante”.

Voilà que frère Luc nous tourne vers notre intérieur pour trouver ce petit bout de terre où Dieu cultive sans relâche la paix et la joie qui ne connaît pas d’éclipse au gré des événements. Il nous semble que le monde devient fou, malade de ses convoitises… le petit monde que nous sommes n’y échappe pas. Et pourtant il y a bien en nous ce brin de vie qui ne demande qu’à grandir malgré les broussailles. Et il y a urgence. Nous savons bien que nous ne connaissons ni le jour ni l’heure. Il importe donc que ce jour qui nous arrive entre les mains, cet aujourd’hui si pauvre et banal, devienne ce lieu où nous fabriquons de l’éternel : la douceur contre la brutalité, la confiance contre la peur, le don contre l’égoïsme, l’intercession contre l’agression… alors plus rien ne nous surprendra. Ni la vie ni la mort.

Notre âme chantera ce chant nouveau, aux accents d’éternité qui peut-être aidera d’autres à retrouver le sens : ce grand désir d’unité et de paix à faire advenir pour tous, agressés et agresseurs. Prêtons notre petit jardin intérieur à ceux qui n’ont plus de toit, plus de vie ni d’espérance. Logeons-les dans notre tente éternelle où il y a place pour tous à l’image du cœur de Dieu. La charité se fera active et inventive, et nos jours, à défaut de rallonger, prendront la couleur du partage et de la résistance au mal et à la division. Plus de fatalité, donc… juste ce jour donné pour fabriquer un plus d’humanité, de consolation, de tendresse, et de joie.

Equipe Evangile@Peinture – M-D Minassian – Peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Prière universelle 3e dimanche de carême - Fête de St Joseph

19 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Année Saint Joseph

Avec Saint Joseph, protecteur de l’Eglise, nous te confions toutes les personnes victimes de violences et d’abus au sein de l’Église. Que, dans les épreuves, elles puissent toujours compter sur notre prière, notre soutien et ton secours,  

St Joseph, nous t’en prions

Avec Saint Joseph, consolateur des malheureux, nous te confions tous ceux qui souffrent ; les personnes âgées, les malades, ceux qui sont accablés par les difficultés de la vie, et toutes les victimes de la guerre en Ukraine : donne-leur force et courage, dans la confiance et l'espérance. 

St Joseph, nous t’en prions

Avec Saint Joseph, qui a nourri de son travail la Sainte Famille, nous te confions tous les travailleurs : bénis ceux qui peinent dans le labeur, et accorde à tous ceux qui sont privés de travail de trouver celui qui les aidera à s’épanouir et à servir leurs frères. 

St Joseph, nous t’en prions

Avec Saint Joseph, homme juste et bon, qui a veillé sur l'Enfant Jésus avec la tendresse de Dieu, nous te confions toutes les familles de notre assemblée : qu’elles sachent faire grandir la vie de leur famille dans l’amour et le bonheur, selon le dessein de Dieu. 

Sainte famille, nous vous en prions
 

Equipe PU@Paroisse St Joseph de Serémange-Erzange - 19 mars 2022

Lire la suite

Annonce des messes et rencontres de carême du 15 au 20 mars

14 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Annonce des messes

Mardi 15 mars
20 h 00  Rencontre – Echange – « Partage Synodal » à Hayange, à l’Accueil Saint Martin
Jeudi 17 mars
  9 h 00  Messe à Hayange   
18 h 00  Marspich à l’église – Rencontre de Carême – Suivie d’un bol de soupe
Samedi 19 mars
18 h 00   Messe à Ranguevaux 
18 h 00   Messe à Serémange – Fête de St Joseph

Dimanche 20 mars   – 3ème Dimanche de Carême 
  9 h 15   Messe à Neufchef  
10 h 30   Messe à Marspich
10 h 30   Messe à Hayange St Martin

Lire la suite

Prière pour la conversion de la Russie

13 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière pour la Fin du Monde

  DIMANCHE 13 MARS
LE SANCTUAIRE DE NOTRE-DAME DE FATIMA EN UKRAINE APPELLE À LA PRIÈRE POUR LA CONVERSION DE LA RUSSIE

 

O Marie, Fête de la Trinité et des hommes,
Médiatrice de toutes les grâces,
Mère que nous aimons tant, Première en avant de nous,
Notre-Dame de tous les jours, d’hier et de demain,
Icône transparente et déjà achevée du monde à venir, 
Dans le gémissement ineffable de l’Esprit, nous te prions avec Toi :
« MARANA THA !
« VIENS, SEIGNEUR ! »
Et Jésus dit : « OUI, VOICI QUE JE VIENS ! » ( Apoc. XXII )

 

Esprit Saint@ Ukraine - Foyer de Charité et de Lumière - Châteauneuf de Galaure

http://www.lesfoyersdecharite.com

Lire la suite

Méditation 2e dimanche de Carême Ecoute profonde

13 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Evangile selon saint Luc (9, 28b-36)

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait. Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! » Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.
 
ÉCOUTE PROFONDE

Quel épisode… les trois disciples sont passés avec Jésus par une expérience inouïe. Ils ont été dépassés, débordés par ce à quoi ils ont assisté. D’abord extérieurs à ce qu’ils voyaient, ils y ont été peu à peu intégrés, agrégés, jusqu’à en être rendus pleinement participants. Le côte à côte vécu jusque-là s’est transformé. Ils sont devenus en quelque sorte membres les uns des autres ce jour-là.

Cette transfiguration, c’est un peu ce qui nous arrive quand nous lisons l’évangile. Nous lisons le texte, nous lui faisons face. C’est l’histoire d’un autre, jusqu’à ce qu’il nous prenne avec lui et nous montre quelque chose de lui que nous n’avions jamais vu, jamais entendu. L’Évangile nous parle. Pas d’une histoire extérieure mais d’un récit où nous avons part, une aventure intérieure où nous sommes ces acteurs un peu maladroits puis de plus en plus impliqués. Jésus nous prend avec lui pour un éclairage unique. Nous sommes pris dans sa clarté, son histoire, ses fidélités, sa vie en train de se donner pour que tous vivent.
 

Comme les disciples, notre vie confortable et installée prend peur. Qu’est-ce que cela signifie ? Nous avons bien une première impression, une première lecture. Et ce serait bien tentant de s’en arrêter à ce que nous en percevons. Qu’y-a-t-il d’autre à voir et à comprendre ? Il y a cette entrée dans la nuée… cette échappée dans l’incontrôlé. C’est un autre qui pénètre notre histoire et en prend les commandes. Visitation de nos peurs profondes. La source de tous nos dépassements vient de ces profondeurs reliées à l’histoire de ce peuple unique né du cœur de Dieu.

Pas d’autre bonheur que toi Seigneur. C’est toi le ferment de notre histoire, la raison de notre communauté, le principe de notre communion. Nos humanités séparées trouvent ici, en toi Jésus, l’espace de notre fraternité à venir. Ton corps supplicié sur la croix et ton pardon éternisé par la mort auront raison de toutes nos lâchetés. Ta clarté sur le Mont Thabor et celle de la croix sont les mêmes. Elles sont nos phares dans la tourmente.

Quand on ne voit qu’un homme mort sur la croix, d’autres reconnaissent le fils de Dieu offrant sa vie pour que nous ne perdions plus la nôtre. Sa clarté nous entraîne à l’écoute profonde de ce que sa vie dit à la nôtre. Sa parole nous invite à suivre son silence. Il est temps de faire lecture divine de notre existence et de ce que Jésus veut de notre vie. Sa fraternité en appelle à la nôtre. Notre chair en tremble certainement. Pourtant, nous savons bien, pour en être si souvent blessés, que nous sommes membres les uns des autres. Pour le meilleur et pour le pire.

La Transfiguration, c’est jour de noces. Pierre avait bien l’intuition d’une fête, mais ce sera pour après. Il faut d’abord le corps à corps avec l’histoire, le jour à jour à discerner et à consentir, la fraternité à éprouver jusqu’au bout de l’amour vainqueur. Jésus, ta clarté épuise la nuit, toutes nos nuits.
Viens refaire nos vies ! Baigne-les dans ton cœur où nous ne faisons qu’un. Désarme-nous.
 
Equipe Évangile&Peinture – M-D Minassian – Peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Prière universelle 2e dimanche de carême

11 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Prions pour l’Église. 
Seigneur, sur la montagne sainte, tu as dévoilé le visage de l’humanité transfigurée par l’amour du Père. Donne à l’Église et au monde de témoigner de la beauté et de la grandeur auxquelles nous sommes tous appelés.

Seigneur nous te prions
 

Prions pour l’Europe de l’Est. Nous te supplions pour que cessent les combats en Ukraine et dans tous les pays où la dignité de l’homme est bafouée. Console les personnes brisées par la mort de leurs proches,

Nous t’en prions, Seigneur
 

Prions pour notre pays et tous les pays d’Europe ; en particulier pour tous ceux qui souffrent des conséquences de la guerre en Ukraine, et qui voient déjà leurs conditions de vie se dégrader. Que ton Esprit Saint fortifie toutes les entreprises de solidarité et de Paix

Seigneur nous te prions

Pour nous tous, ici rassemblé,
Pour notre chemin de Carême, que nous y trouvions des signes visibles de notre capacité à évoluer, à aimer davantage, à nous laisser transfigurer par Toi, 

Seigneur nous te prions

Lire la suite

Annonce des messes de carême du 8 au 13 mars

7 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #horaires des messes

Mardi 8 mars
14 h 00  Rencontre – Echange – « Partage Synodal » à Hayange, à l’Accueil Saint Martin
 
Jeudi 10 mars
  9 h 00  Messe à Hayange
Vendredi 11 mars  
14 h 00  Rencontre – Echange – « Partage Synodal » à Serémange

 
Samedi 12 mars
18 h 00   Messe à Saint Nicolas en Forêt
– Florian GABUD (six semaines)
 18 h 00  Messe à Serémange

Dimanche 13 mars  – 2ème Dimanche de Carême –
  9 h 15   Messe au Konacker
10 h 30   Assemblée de prières à Marspich
10 h 30   Messe à Hayange

– Paolo FOTI (anniversaire, un an) – Anne-Marie ROSSI (anniversaire, un an)

Lire la suite

Méditation 1er dimanche de Carême

6 Mars 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Luc (4, 1-13)

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain. » Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. » Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé.

ÉLÉVATION TENTANTE

Aujourd’hui, en ce premier dimanche de carême, l’Évangile nous fait prendre de la hauteur. En trois temps, avec Jésus, nous allons avoir le vertige ! Ou plutôt, c’est l’adversaire qui va prendre la mesure du Fils de Dieu.

Après son baptême, rempli d’Esprit Saint, il rejoint le désert. Il rejoint le lieu du manque pour débusquer celui qui va prétendre pouvoir le combler. En allant le chercher sur son terrain, il l’oblige à se dévoiler. L’Esprit Saint délivre de la peur. Il appelle la lumière. Il débusque le mensonge. Jésus redonne à l’humanité son meilleur profil. Non, l’humain n’est pas réductible à ses besoins. Il n’est pas non plus la somme de ses illusions et de ses phantasmes de pouvoir et de gloire. Et non, il n’est pas irresponsable de sa vie confiée. À mesure que le diable lui fait prendre de la hauteur, Jésus lui oppose l’ancrage et la profondeur. Nous voici donc avertis que toute élévation s’accompagne de tentations maintenant connues.

L’adversaire dévoilé est affaibli mais pas inexistant. S’il trouve encore de la force, c’est par la complicité du terrain qui l’accueille. Jésus était rempli d’Esprit Saint, nous rappelle-t-on. Il n’y avait pas d’espace pour autre chose que le dessein de Dieu. Pas d’espace pour accueillir une volonté autre que la sienne. La consistance de Jésus nous fait du bien en ces jours d’épreuve. Ce que nous vivons nous traverse, nous brutalise, nous pousse dans nos espaces si peu visités, dans déserts intérieurs qui nous font peur, où logent tant de pensées qui ne sont pas ses pensées, tant de compromissions qui ne sont pas ses passions, tant de besoins qui ne sont pas les siens. N’ayons pas peur de ce voyage intérieur auquel nous convie ce carême, car il y a urgence à prendre consistance de cet Esprit Saint. Il y a urgence à évacuer de nos existences tout ce qui les déconnecte de l’esprit de bonté du Père, et de la fraternité indéfectible du Fils.

Ce chemin de carême est un chemin de paix dont nous pouvons nous saisir pour augmenter la force de gravité en ces temps troublés. C’est sur tous les terrains que la paix se joue: en pensées, en parole, par action et par omission. Augmentons notre capital de paix pour que d’autres puissent y puiser la force de s’y ancrer. Courage, communion, persévérance et intense espérance. Ces fruits spirituels sont des aliments pour tous. Ils injectent dans l’atmosphère l’oxygène qui rend ces temps encore vivables. Ne renonçons pas à cette contribution même si elle nous paraît dérisoire. Résistons sur tous les terrains. Offrons notre foi à l’adversaire.


Equipe Évangile@Peinture - M-D Minassian - Peinture Bernadette Lopez 

Lire la suite