Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

meditation

Le centuple offert par Jésus

11 Octobre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Le centuple offert par Jésus

Avec cette rencontre sur le chemin, Jésus ouvre une fenêtre sur les exigences du Royaume. Mais il dévoile également ce que le présent porte déjà de ce Royaume. Le centuple c'est maintenant dit Jésus. Et la vie éternelle dans le monde à venir. Ce n'est pas une promesse électorale, mais les indices sur le chemin que Dieu est à l'œuvre dans notre vie.

C'est non seulement la vie qui s'ouvre aux exigences du Royaume mais qui inséparablement se trouve enrichie et transformée. La réalité du "quitter" dans la vie des disciples est prégnante: "Nous avons tout quitté pour toi".

Mais Jésus réoriente le regard vers la profusion d'une vie qui choisit de s'associer à la sienne. Ainsi la vie d'itinérance devient aussi le lieu d'expérience de l'hospitalité, du partage, de la fraternité... De la persécution aussi. La vie du disciple n'est pas autre que celle du maître.

Le centuple offert par Jésus

Ses joies et ses épreuves sont celles qui attendent ses disciples. Mais sa puissance de vie les soulève aussi à mesure. "Pour les hommes c'est impossible, mais à Dieu tout est possible". Les disciples sont convoqués à un style de vie où la perte se commue en don, la mort en vie.

Puissions-nous, en ce dimanche, nous réjouir de ce grand mystère d'une vie certes marquée par les pertes mais attendue par le centuple offert en Jésus, et dont l'Eglise devrait être un signe permanent...

Méditation par l' Equipe Evangile@Peinture
Tableau Bernadette Lopez - Fribou
rg

Lire la suite

Le mariage, socle de la Famille

4 Octobre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Le mariage, socle de la Famille

Le texte qui ouvre la liturgie de la Parole ce dimanche, a un air de fête, de création originelle ! En ce 4 octobre comment pas ne pas penser à St. François d’Assise que l’on fête aujourd’hui ; il est là présent dans ce jardin de la Genèse !

Émerveillement devant tous ces êtres vivants que Dieu a façonnés et à qui l’Homme donne un nom !
Émerveillement d’Adam devant le surgissement de la Femme, partie de lui-même. « Cette fois voilà l’os de mes os, la chair de ma chair ».C’est la beauté de l’amour conjugal à sa source !

Émerveillement aussi : le nôtre, devant ce Dieu "pour qui et par qui tout existe, veut conduire la multitude de ses fils jusqu’à sa Gloire, par Jésus." Il nous appelle ses frères. Nous avons tous la même origine divine et sommes appelés à vivre en communion avec tous les autres vivants de la nature mais nous dit le Pape François : « Ce sentiment d’union intime avec les autres êtres de la nature ne peut être réel s’il n’y a pas dans le cœur, de la tendresse, de la compassion et de la préoccupation pour les autres êtres humains ».

Cette recommandation nous rejoint fort au moment où tant de nos frères humains arrivent par milliers sur « nos terres » et demandent un regard accueillant, des maisons et des cœurs ouverts. Comment pouvons-nous répondre à ces migrations inédites qui ne peuvent nous laisser indifférents ?

Le mariage, socle de la Famille

Évangile de St. Marc nous montre plusieurs fois, les Pharisiens en train de tendre des pièges à Jésus. Cette fois il s’agit de la loi sur le mariage ! Nous sommes loin, ici de la beauté première du couple au jardin d’Eden ! Les Pharisiens s’en tiennent aux questions plutôt juridiques. Jésus dans ses réponses, rejoint le texte de la Genèse « …Dieu les fit homme et femme…ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ».

Aujourd’hui, nous savons bien que le mariage est souvent mis à mal par nos sociétés. Pourtant il reste le socle de la famille ! Nous attendons avec espérance la tenue du second synode sur la famille et implorons l’Esprit, d’illuminer nos esprits et nos cœurs, pour entrer plus avant dans la connaissance profonde de l’amour de Dieu, pour toute l’humanité à travers le bonheur de toutes les familles et de la création.

Extrait de la méditation de Sr Gabrielle Marguin - Peinture de Bernadette Lopez - Fribourg

Lire la suite

En Ton Nom

27 Septembre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

En Ton Nom

Voici que les Douze assurent le service d'ordre et stoppent un homme qui faisait des guérisons au nom de Jésus. Il est vite fait de s'approprier les choses. Pire: de les détourner à son profit. Jésus est clair et redonne les critères de discernement.

Tout d'abord, les Douze ne sont pas propriétaires du nom de Jésus. Celui qui s'en sert pour faire le bien ne peut pas lui causer du tort, et est donc au service de la vie. Et toute personne qui se réjouit de ce bien, et y collabore d'une manière ou d'une autre, participe de la vie contenue dans ce nom. Car en Jésus se trouve la vie en plénitude.

En revanche, toute personne qui détourne cette puissance de vie à son profit, ou déroute quelqu'un, celui-là fait œuvre de mort, et se pose en adversaire de la vie voulue par le Christ. Le discernement ultime passe par le cœur et l'usage que l'on fait de la vie que l'on porte en soi.

Collecte pour la Banqque Alimentaire -Société St Vincent de Paul
Collecte pour la Banqque Alimentaire -Société St Vincent de Paul

La vie est au service de la vie. La vie n'est pas le préservation de soi mais la diffusion du bien en soi. Le langage de Jésus est chirurgical. La gangrène est aux portes si la vie ne circule plus en soi et vers les autres.
C'est là le vrai combat. Puissions-nous donc, en ce dimanche, favoriser et nous réjouir de tout ce qui participe de la vie et lutter, nous séparer de tout ce qui pourrait scléroser la vie du Christ en nous.

Extrait de la méditation de l’Equipe Evangile@Peinture
Peinture de Benardette Lopez – Fribour
g




Lire la suite

Accueillir un enfant

20 Septembre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Meditation

Accueillir un enfant

Marc, l ' Evangéliste lève le voile sur un décalage que Jésus n'a cessé d'éprouver vis à vis de son entourage. Quand il tente de leur montrer quelle va être sa route, c'est comme s'il y avait une surdité parmi le groupe des disciples. Ils n'entendent ni ne voient rien d'autre que ce qui les a peut-être même poussés à suivre Jésus... Les disciples sont préoccupés d'eux-mêmes. « Qui est le plus grand ?»

Voilà donc ce qui arrive en chemin : une révélation de soi et des véritables motifs de nos actions. Jésus offre un nouveau centre de gravité. Non plus soi-même, mais le plus petit, le plus insignifiant, celui qui est compté pour rien. Voilà le nouvel axe de vie que Jésus propose à ses disciples.

Accueille des enfants et des parents de la 1ère communion
Accueille des enfants et des parents de la 1ère communion

Le changement de modèle est conséquent. Non seulement le règne de Jésus n'aura pas lieu comme imaginé, mais c'est en plus l'échelle du service qui leur est présentée comme style de vie. En son nom, mettre l'autre au centre de son souci et faire l'expérience de la présence du Père... Il faut faire un bout de chemin pour vivre à la manière du Fils.

Puissions-nous donc nous appuyer sur sa Parole et sa volonté, de faire celle du Père, et nous laisser ainsi recentrer sur ceux que nous ne voyons plus, ceux que nous n'entendons plus. Laissons-nous interpeller par le Père présent en chacun d'eux.

Extrait de la méditation de l’Equipe Evangile@Peinture
Peinture de Bernadette Lope
z

Lire la suite

Dialogue avec le Christ

13 Septembre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Dialogue avec le Christ

La page d'Evangile de ce jour nous place devant une double révélation. Nous assistons non seulement au dévoilement de l'identité de Jésus, mais tout en même temps au dévoilement du cœur de l'homme.
La pédagogie de Jésus emmène les siens peu à peu au coeur d'eux-mêmes. "Au dire des gens, qui suis-je?", questionne Jésus. Cette question ne les engage pas encore personnellement, mais elle permet de lancer le sujet. Puis vient la question qui engage: "Et vous ? Pour vous...?" Le récit ne nous rapporte que la réponse de Pierre, fulgurante, " Tu es le Christ " venant de plus loin que lui, presque trop grande pour lui. Son coeur a l'intuition, mais il ne sait pas encore ce que cela veut dire.

C'est Jésus qui va donner un contenu à celui qu'il désigne comme le Christ. Et d'ailleurs, il remet Pierre à sa place quand il cède à la tentation de projeter un avenir pour lui. Le Christ devra souffrir, passer par la mort et ressusciter le troisième jour. Le programme n'est pas à choix. Il ne l'est ni pour le maître, ni pour le disciple. Celui qui veut suivre le maître doit pouvoir tout quitter, se quitter lui-même, tout perdre, jusqu'à souffrir comme le maître pour prendre part à la vie qu'il est venu apporter. Cet avenir n'est pas à choix. La vie est au prix d'une perte qui n'est pas naturelle au cœur de l'homme toujours prompt, à l'instar de Pierre, à choisir ce qui lui convient.

Dialogue avec le Christ

Jésus fait faire à tous, dans ce dialogue, un pas décisif dans leur propre identité de disciple. En se disant lui-même, il les révèle dans leur identité profonde. Leur identité est une identité relationnelle, fondée sur le Christ qui les emmène sur leur propre chemin vers un seul: celui de l'Evangile. C'est à nous aujourd'hui que se pose la question tous les jours, et que nous mesurons à travers les appels de la vie, les événements, ce que veut dire être disciples du Christ.

Puissions-nous donc répondre nous aussi à cette question qui nous révèle et nous engage de manière décisive sur les chemins de la vie et recevoir le pain et le vin de la route à la suite du Crucifié-Ressuscité.

Extrait de la méditation de l’Equipe Evangile et Peinture
Photo hozana.org et Peinture Berna - Fribour
g

Lire la suite

Ouverture des coeurs

6 Septembre 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Ouverture des coeurs

Jésus opère aujourd'hui une guérison en ce territoire de la Décapole où sa renommée le précède puisqu'il avait délivré un homme, d'un esprit impur et que celui-ci avait ensuite proclamé sa libération dans toute la Décapole. La venue de Jésus va permettre un nouveau pas dans la foi de la foule de cette région. De fait, on lui amène un sourd ayant des difficultés à parler. La scène se passe à l'écart de la foule, avec le groupe, et de manière très intimiste, le récit centre d'abord notre attention sur Jésus qui établit une relation par le toucher. Les doigts dans les oreilles, la salive sur la langue... Les yeux levés au ciel, il est lui-même ouvert au Père de qui il reçoit tout. La Parole rompt le silence dans lequel l'homme était muré. D'abord par le geste et la proximité, puis par la demande. Jésus porte le désir de tous. Il l'investit de sa parole et de son autorité. Il fait corps avec cet homme et son infirmité pour lui offrir sa parole et son désir de vie pour lui. L'effet est immédiat. Tout se dénoue et s'ouvre. Et Jésus lui-même ne peut pas contenir le flot de vie qui afflue tant chez cet homme que chez ceux qui l'accompagnent et parmi la foule qui ne peut que s'émerveiller du prodige.

Aylan Kurdi
Aylan Kurdi

Comment ne pas nous laisser ouvrir nous-mêmes par ce récit et cette parole de Jésus? Comment ne pas, nous ses disciples d'aujourd'hui, faire corps à notre tour avec tous ceux qui sont emmurés de multiples manières dans la souffrance? Comment ne pas faire corps avec tous ceux dont le cri éteint ne parvient plus à frapper à notre porte? Comment ne pas faire corps aujourd'hui avec tous ceux migrants qui viennent mourir sur nos côtes, traversent nos villes en quête de paix et de sécurité ? Nous sommes les sourds muets d'aujourd'hui. Mais Jésus vient faire corps avec nous pour libérer notre pouvoir de vie, faire de nous des témoins de ses merveilles. Jésus vient faire corps avec nous: pain et vin, corps et sang. Communion pour une libération : ephata !

Extrait de Equipe Evangile et Peinture- Peinture Berna- Fribourg

Lire la suite

Se convertir en profondeur

29 Août 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Se convertir en profondeur

La vie intérieure, c’est l’intérieur de la vie. Voilà ce qui intéresse Dieu, bien plus que l’extérieur. Ce que veut Jésus, ce sont nos cœurs. Voilà ce qu’il essaie d’expliquer dans l’Evangile de ce dimanche aux Pharisiens, à tous ses disciples, à nous-mêmes.

Il est tout à fait possible d’apparaître comme un chrétien irréprochable aux yeux des autres tout en étant au fond de parfaits égoïstes. On peut aller à la Messe régulièrement, en évitant tous les péchés publics, récitant des prières, faire tout cela extérieurement, et pendant ce temps nourrir des pensées mauvaises et des désirs égoïstes dans notre cœur.

Mais ce comportement, appelé hypocrisie, ne peut pas durer. Comme le dit l’adage, à moins de vivre comme on pense, on finira tôt ou tard par penser comme on vit. Ou, comme le dit Jésus ailleurs dans les Évangiles, là où est notre cœur, là aussi sera notre trésor.

Le cœur est le lieu où nous décidons en harmonie ou en opposition avec notre conscience, pour ou contre la volonté de Dieu. Notre amitié avec le Christ, et l’énergie, la force et la vigueur qui en découlent, dépendent de notre attachement intérieur à lui, et ne pourront jamais être remplacés par une petite couche de vernis. Jésus ne se soucie pas de l’impression que nous faisons aux autres, mais de ce que nous sommes en vérité.

Nous devons nous efforcer de vivre en vérité. Il ne s’agit pas d’éliminer toutes nos attitudes, paroles et actions égoïstes en un clin d’œil, mais plutôt par un effort permanent.

Notre vie spirituelle ressemble en un sens à un jardin. Un bon jardinier ne peut jamais abandonner purement et simplement le jardin à lui-même, même si les plantes sont vigoureuses et saines. Pour que le jardin puisse porte des fruits, le jardinier doit régulièrement l’arroser, mettre de l’engrais, protéger et en arracher les mauvaises herbes. Si nous baissons la garde, les mauvaises herbes prendront le dessus. Nous aussi, nous devons faire constamment des efforts pour mieux connaître le Christ et conformer notre vie à ses exigences.

Se convertir en profondeur

Renouvelons notre engagement envers Jésus en lui disant avec force et détermination notre volonté de vivre comme des hommes et des femmes de cœur, attentifs à une conversion en profondeur.

Voilà un évangile qui décape, non pas en surface pour nous rendre bien propres aux yeux de Dieu et des autres, mais en profondeur, là où Dieu seul et nous-mêmes voyons ce qui se passe. Cette attention à une conversion en profondeur nous donne une très grande liberté à l’égard du monde. Ce dernier n’est plus diabolique. Nous n’avons pas à nous en préserver, mais comme Jésus à y vivre en faisant le bien partout où nous passons. « Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. »

Extrait R.F. de la méditation d’un prêtre de la Martinique – foyer de charité
Images Evangile et Peinture – Berna et cœur de Kérézina
n

Lire la suite

L'Heure du choix

22 Août 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Meditation

L'Heure du choix

Dans l’Evangile de Jean aujourd'hui, le discours du pain de vie est un appel de plus en plus fort à la foi. Pour recevoir Jésus comme vraie nourriture, la foi est requise. Tout au long du discours, le murmure des auditeurs exprime leur incrédulité.
Or, les paroles de Jésus sont même devenues irrecevables pour beaucoup de disciples : « Qui peut l’entendre ? » Nous arrivons à une ligne de partage, c’est l’heure du choix : Jésus, constatant le départ de plusieurs disciples, demande à ses apôtres : « Voulez-vous partir vous aussi? »

De nos jours, comme au temps de Jésus et au temps de Josué un grand nombre de chrétiens abandonnent leurs convictions religieuses pour suivre d’autres dieux et d’autres idoles : l’argent, le prestige, la carrière, les honneurs, le bien-être, la science, le progrès technique ... Le Christ demande à chacun de nous ce matin : « Voulez partir vous aussi? »

A la fin de l’évangile, Pierre nous offre une profession de foi d’une grande beauté : « À qui irions-nous, Seigneur? Tu as les paroles de la vie éternelle ».
Réponse modeste, humble même, mais combien significative, tel l’engagement des dames catéchistes qui avec les enfants vont suivre un parcours pastoral en vue de la communion, tel l’engagement des laïcs dans l’une des équipes des communautés des paroisses. Le choix que nous avons à faire est question de foi

« Nous voulons aller plus loin » est notre réponse au Christ aujourd’hui !
En ce temps de reprise de nos activitées apostoliques, que l’Esprit Saint nous aide à recevoir la vie dans les paroles de Jésus, à affermir notre fidélité au Seigneur et à entretenir en équipe la confiance que nous avons envers lui.

Extrait divers @ monastère de chalais et cursillos.ca
Image Evangile et Peinture - Berna - Fribourg

Lire la suite

Murmures ou confiance ?

8 Août 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Murmures ou confiance ?

La fête est finie : celle de la multiplication des pains de ces derniers dimanches où tous ont été rassasiés. Aujourd’hui, nous poursuivons cet enseignement de Jésus sur le pain de vie avec un temps d’épreuves, de murmures et de critiques, comme il peut en arriver en nos vies.
La figure d’Elie, au désert de Juda est pleine d’enseignement pour nous : Elie sombre dans le sommeil par lassitude et découragement, mais il se relève à la parole de l’ange qui lui apporte sa nourriture.

La présence de Dieu, se donne à entendre et à goûter : Dieu est Parole et Pain. Entrer dans le mystère de Dieu, c’est d’abord, écouter sa Parole, et se laisser attirer par la bonté du Père : Lui nous remet sur le chemin au-delà des murmures et récriminations.

Ce Chemin, c’est le Christ, Parole faite chair, venu partager notre humanité, gracieusement. Il a livré sa vie jusqu’au bout et est devenu Pain de vie pour tous, notre pain de chaque jour. Ecoutons-le ! « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »

Une sœur de Chalais - Photo jardiniersdedieu


Lire la suite

Garder le pas pélerin

1 Août 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Garder le pas pélerin


Au cœur de l’été, il faut parfois refaire le point. Vérifier si l’on tient le cap de… larguer intérieurement les amarres, quelles que soient les contraintes qui demeurent. Qui peut, en effet, dire qu’il est entièrement en vacances ? Peut-on vraiment tout oublier, de ce que l’on a laissé et de ce qui nous entoure ? C’est souvent difficile. Du moins nous faut-il vérifier l’attitude intérieure dans laquelle nous vivons ce temps, consentir quoi qu’il en soit à l’action de grâce, tellement précieuse au moment où l’on délaisse certains rythmes ou lorsque l’on s’abandonne à la contemplation de paysages inédits.

Garder ainsi le pas pèlerin et le goût de l’Eglise, de la parole de Dieu écoutée personnellement et au cœur d’un peuple, de la prière partagée et résolument universelle.
La joie de la mission ! C’est le thème qui porte cette année tous les pèlerinages. Il s’agit d’entendre résonner de façon neuve la parole du Christ qui nous fonde et nous envoie pour le partage de la joie de l’Evangile.

Chacun peut vivre pleinement orienté vers ce cap. L’Evangile se partage. Il est présence du Christ, Verbe fait chair, de Jésus Pain de vie, généreusement offert à tous.

La communauté des paroisses du berceau du fer Saint Jean XXIII se met en marche vers l’oratoire de Notre Dame des Neiges pour venir écouter la parole de Dieu et partager l’Eucharistie, pain pour notre route : que chacun d’entre nous, pèlerins d’un jour, puisse venir se ressourcer et accueillir la source dite de « la couleuvre » qui monte du fond de la vallée d’hamevillers.


Extrait R.F. de P. Jacques Nieuviarts, prions en église

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>