Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

meditation

Difficile joie

6 Mars 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Difficile joie

Quel contraste dans cette page d'Evangile ! La joie intense du Père de retrouver son fils perdu. Une joie célébrée par un festin qui rassemble tout le monde. Mais tout le monde n'a pas le cœur à la joie. Au contraire. Il y a même l'idée que ce festin n'aurait jamais dû avoir lieu, que le motif n'en vaut pas la peine. Car un tel festin devrait récompenser la fidélité, et non pas la débauche. Non, la joie n'est pas accessible à ceux qui pensent mérite et récompense. Pour mériter, il faut que son histoire soit conforme aux attentes. Mais c'est au fond passer à côté de la vie qui est partage simple du quotidien.

La vie n'est pas un dû mais un don. Le don c'est maintenant et il ouvre les portes de l'avenir. Il est porteur d'espérance. Le comprendre transforme réellement notre quotidien. La vie consiste alors à être reconnaissant et à se réjouir de ce don en le partageant. Sinon, c'est se condamner à vivre dans l'attente d'un dû qui ne viendra jamais, et au ressentiment qui ronge et isole.

La parabole nous donne des pistes. Le père qui va chercher chacun de ses fils là où il se trouve nous en dit long sur le fait que nous sommes cherchés par Dieu plus que nous le cherchons. Ses entrailles de Père n'ont pas d'autre souci que ce lien qui nous unit. Oui il y a de quoi se réjouir d'être l'objet de tant d'amour.

Reste à partager le repas: tous invités au festin des noces de l'Agneau. C'est l'invitation permanente à repartir de ce don. Il n'y a plus qu'à y croire vraiment, à laisser les comptes du passé de côté pour entrer dans l'aujourd'hui de Dieu et de sa miséricorde. Nous étions perdu, il nous a embrassés et rassemblés. Heureux les invités au festin !

Méditation de l’Equipe Evangile@Peinture – peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Un champ mi-figue mi-raisin ?

28 Février 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Un champ mi-figue mi-raisin ?

Voilà une page d'Evangile un peu déroutante mais qui sonne comme un recadrage... Le point de départ c'est un fait divers: le massacre de gens en train d'offrir un sacrifice, donc d'accomplir un acte religieux. Et puis un second: la mort de gens écrasés par la chute d'une tour à Siloé. Dans les deux cas, rappelle Jésus, personne n'a mérité ce qui est arrivé. Les victimes ne sont coupables de rien !

Les occasions d'actualiser les exemples de ce type aujourd'hui ne manquent pas. Combien de faits divers nous arrachent ce sentiment d'incompréhension ? Les victimes d’accidents, d’attentats aveugles, de catastrophes naturelles, inondations, cyclones...Finir ainsi n'a pas de sens... Alors, dit Jésus, il est temps de se rendre compte qu'il y a une manière de vivre qui peut nous extraire de ce malaise, mi-figue mi-raisin.

Les textes du jour nous entraînent à aller plus loin. L'image du vigneron fait écho à Jésus, qui vient prendre soin de nous pour que nous portions du fruit. Et notre vie a du sens tant que ce fruit demeure. Jésus vient donc nous rappeler qu'il y a urgence à vivre et à aimer, à changer....

Le cœur du Carême est notre conversion radicale. Cette Année de la miséricorde insiste sur cette radicalité, sous la forme d’un pèlerinage à faire ou de gestes symboliques à accomplir, mais aussi en nous tournant complètement vers notre Père : ce Dieu qui appelle, celui qui connaît la misère de son peuple, ses souffrances. Il est celui qui libère intérieurement. . Et si notre vie et notre justice résident dans l'amour que nous y injectons, alors la mort n'a plus de prise sur notre vie puisque nous savons l'amour éternel...

On pourrait dire que le Carême est un temps où le laboureur retourne ses terres, y apporte le fumier nécessaire, aère la terre. Mais c’est bien de nous qu’il s’agit. Nous sommes invités à nous laisser retourner radicalement par ces interpellations de Dieu qui est avec nous et, par le baptême, en nous.

Puissions-nous donc, en ce 3e dimanche de carême, accueillir la grâce de Dieu qui nous veut en vie, et nous arrache au non-sens qui pourrait nous guetter, en nous rappelant le sens profond de notre existence qui est d'aimer jusqu'au bout. Alors, quand ils surviendront, la mort et le non-sens ne nous surprendront pas. Ils n'auront pas le dernier mot.

Méditation des Equipe Evangile@Peinture et Prions en Eglise
Peinture de Bernadette Lopez- Frib
ourg

Lire la suite

S'ouvrir à l'étranger

21 Février 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

S'ouvrir à l'étranger

« Mais nous, nous avons notre citoyenneté dans les cieux... » St Paul aux Philippiens 3,20

Ne pas rester indifférent au sort de nos semblables ; ne pas se dérober à la solidarité de nos frères et sœurs en humanité que nous voyons dans le besoin...
Nous sentir concernés par leur sort, au point de rechercher les causes de leurs souffrances, de dénoncer et de combattre les injustices : alors, nous sommes « lumière » dans les ténèbres de la mal-gouvernance, des iniquités des systèmes économiques nationaux et mondiaux...
Devenir "lumière" suppose de s’être d’abord laissé éclairer, illuminer de l’intérieur par le Christ. La lumière est une énergie qui se dépense et qui se consume. Comment pourrions-nous alors être lumière du monde sans que cela consume quelque chose de notre être, de notre temps, de notre tranquillité, de nos forces ?

Dépousièrons intérieurement nos parcours de chrétiens: soyons des chrétiens lumineux, chaleureux, engagés.

Extrait de chemin vers l’essentiel – Théodore Adrien Sarr- ccfd-terre solidiare

S'ouvrir à l'étranger
Lire la suite

Conduit par l'Esprit

14 Février 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Conduit par l'Esprit


« Jésus, rempli d’Esprit saint,
quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit,
il fut conduit à travers le dése
rt...»

A l’époque, le désert était réputé être le lieu
où se déchainent les forces des ténèbres.
Le démon attend que Jésus ait faim
pour se manifester.
Jésus, qui ne s’est pas incarné « pour rire »
va connaître lui-aussi la tentation.
Par contre, quand on s’y laisse conduire par l’Esprit,
le désert est un lieu de purification
et permet la rencontre de Dieu.

Esprit Saint,
conduis-moi dans ce désert du Carême
pour que s’enracine en moi la grâce
de ne pas exercer ma volonté de puissance
et pour que, à la suite de Jésus,
j’aie le goût de faire la volonté du Père
et
non la mienne.

texte : Monique Hébrand – fnp edition.com

carême 2016 Chemin vers l'essentiel

carême 2016 Chemin vers l'essentiel

Lire la suite

Histoire de pêche

7 Février 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Histoire de pêche


Jésus est un habile recruteur ! Une foule le suit déjà pour écouter ses paroles de vie. Pour se garder à bonne distance et être vu et entendu de tous, il réquisitionne la barque de Simon et délivre son message. Celui-ci en reconnaît d'ailleurs la pertinence et l'autorité puisqu'il l'appelle Maître. Jésus aurait pu en rester là. Un prédicateur solitaire qui s'adjoint ponctuellement les services de qui se trouve sur son chemin.

Mais ce n'est pas son intention. Jésus se constitue une équipe. Il sait qu'il a besoin de témoins. La manière dont il les choisit n'est pas banale. Il leur donne de vivre la meilleure pêche jamais faite, et ce quelques heures après une nuit sans succès. Simon ne s'y trompe pas: "sur ta parole". Il s'abandonne dans la confiance à cette parole qu'il vient d'entendre quand Jésus parlait aux foules. Cette parole sait et fait ce qu'elle dit. C'est sa force, son autorité. Mais sans la confiance, sans la foi en cette parole, rien ne peut se passer. Simon et ses compagnons en font l'expérience. L'abondante pêche est un signe surnaturel qui fait irruption dans leur vie. Simon ne se sent pas digne de cette parole. Elle excède par ses fruits nos capacités d'accueil. Cette parole dépasse et déborde. Elle le place en position de vérité: "je suis un homme pécheur". Le Maître se révèle Seigneur. La vocation surgit ici. La parole se fait promesse. Simon et ses compagnons peuvent s'avancer en confiance vers cette parole qui les appelle. Ils en ont vu la pertinence dans leur domaine d'expertise...

Jésus assume ce qu'ils sont pour les emmener plus loin dans la signification de leur vie. Pour les mettre au service d'une parole dont la fécondité est largement démontrée. Il n'y a rien qui ne soit pas utile au Royaume. Jésus appelle. Il continue d'appeler. C'est une réciprocité. Il monte dans notre barque pour offrir sa parole à la foule en attente. Ce faisant il nous comble de ce qui fait notre joie la plus intime. Il transforme nos longues nuits de peine en matin de pêche miraculeuse. En montant dans notre barque, Jésus nous fait passer sur les rives lumineuses d'une promesse qui change notre vie et l'oriente vers les autres. Il y a un avant et un après. Désormais, tu seras au service de cette parole qui donne la vie...

Méditation de l’Equipe Evangile@Peinture – Peinture de Bernadette Lopez - Fribourg

Lire la suite

Une parole qui pousse ailleurs!

31 Janvier 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

une parole qui pousse ailleurs !
une parole qui pousse ailleurs !

« A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux » Hier comme aujourd’hui, quelle violence chez les personnes soi-disant « religieuses » ! Mais ce n’est pas la conviction religieuse qui les guide, c’est le pouvoir qu’elles peuvent exercer en son nom afin de dominer et de s’imposer sous le patronage divin. Et les gestes suivent « ils se levèrent, poussèrent Jésus hors la ville, on l'évacue sur un escarpement de la colline » Jésus passant au milieu d’eux va voir plus loin quelle terre accueillante a vraiment soif de la vie.

Soyons donc vigilants quant à nos réactions personnelles ou communautaires lorsque nous pensons réagir en chrétiens. Avons-nous au cœur la référence à Jésus ? « les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu », le combat contre nous-mêmes, contre notre violence, contre la critique, le manque de reconnaissance, l'agression verbale lorsque nous ne sommes pas animés par l’amour de Dieu et du prochain.

Le Verbe de Dieu va-t-il trouver en nous cette terre assoiffée de la vie en plénitude? Sa parole va-t-elle faire événement en nous ? Va-t-elle trouver grâce ? Ou bien allons-nous sombrer dans l’abime du ravin ? Ne prenons pas le risque d'évacuer la vie offerte par le Christ Jésus. Il vient à nous, corps et sang, pour nous offrir le seul mode de vie possible: le sien. L'exode permanent exposant sa vie au risque du rejet. Alors, la vie sera-t-elle accueillie au milieu de nous ? Passera-t-elle par nous pour nous envoyer porter le Verbe d'amour à qui veut bien l'entendre et l'accueillir ?

Méditation de l’Equipe Evangile@Peinture - Peinture de Bernadette Lopez - Fribourg

Lire la suite

Témoins et auteurs en paroles et en gestes

24 Janvier 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Témoins et auteurs en paroles et en gestes

La page d'Evangile de ce jour est originale. Elle nous présente un double passage. De l'oral à l'écrit, et de l'écrit à l'oral. Prenons la première partie de l'Evangile. Saint Luc explicite les raisons de son entreprise d'écriture. Il fait œuvre de pédagogie. Il écrit pour soutenir la foi de son lecteur. Le témoignage consigné par écrit est destiné à nourrir la foi des autres.

La deuxième partie de l'Evangile nous en présente le cœur, l'objet principal : Jésus qui rend lui même témoignage au prophète. L'écrit s'actualise par la voix de Jésus. Son actualité ne réside pas dans la simple lecture, mais dans la mise en œuvre de ce qui est lu. "Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins." disait Dieu par la voix de ce même prophète (Is 55,11)

Jésus est cette parole qui sort de la bouche de Dieu. Il est le Verbe. Il est là pour réaliser ce qu'il dit. C'est la puissance de la Parole.

Et pour nous ? Que se passe-t-il ? Nous, nous sommes les destinataires de Saint Luc. Son témoignage documenté nous arrive pour vivre nous aussi ce double passage. D'abord passage de l'écrit à l'oral. Ce que nous lisons de la vie de Jésus doit pouvoir s'actualiser en nous et par nous. Notre acte de lecture, s'il est vrai, doit pouvoir nous mettre en acte de vivre selon la volonté de Dieu, comme Jésus. Et puis passage de l'oral à l'écrit. Notre témoignage, à mesure que nous incarnons, en parole et en gestes, ce que la vie du Christ nous inspire, s'écrit dans la vie de nos contemporains aussi sûrement que dans un livre...

Puissions-nous donc devenir ces lecteurs assidus de la Parole pour en devenir toujours davantage les acteurs: témoins et auteurs de la vie d'en haut.

Méditation de l’ Equipe Evangile@Peinture – Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

Lire la suite

Serviteurs de la joie du monde

17 Janvier 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Noces de Cana de Galilée
Noces de Cana de Galilée

Voilà une page d'Evangile qui a de quoi nourrir notre regard sur Marie. Celle que nous avons contemplée durant le temps de Noël, ne cesse pas d'être la mère du Verbe de Dieu. Elle continue de l'être en provoquant l'intervention de son fils pour que la fête ne soit pas gâchée. En lui présentant avec foi la situation, elle l'enfante à sa mission et le tourne déjà vers la gloire à manifester. Marie est fidèle à la parole reçue. Elle sait son fils venu au monde pour que celui-ci ait la vie en plénitude. Elle lui présente donc naturellement ce qui manque.

Nous trouvons en Marie une inspiration pour l'Eglise que nous formons aujourd'hui. Présenter à Jésus ce qui manque, voilà l'intercession permanente, la fidélité à vivre en tout temps pour que la vie ne cesse pas d'être heureuse. Le rôle de l'Eglise est aussi certainement à lire dans le rôle des serviteurs qui remplissent, puisent et portent l'eau changée en vin. Serviteurs de la joie du monde, ils sont les témoins émerveillés de la puissance du maître de la vie. Ce qui était destiné à la purification devient la matière même de la vivification.

Célébrons la puissance de celui qui nous invite chaque dimanche à son festin de noces. Ce n'est plus l'eau mais le vin qui devient le sang qui purifie et vivifie pour la vie éternelle. Nous sommes nés à cette vie par l'Eglise et continuons d'être appelés par elle à célébrer avec reconnaissance la vie reçue. Invitons, par notre regard attentif et notre partage, tous ceux que nous croisons à la table de la joie qui ne s'éteint pas.

Méditation de l’Equipe Evangile@Peinture – Peinture Bernadette Lopez- Fribourg

Lire la suite

Ouverture céleste

10 Janvier 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Ouverture céleste

Nous assistons à une nouvelle épiphanie. Le peuple en attente du Messie se rassemble autour de Jean-Baptiste et vient recevoir son baptême. Le peuple ne sait en fait pas ce qu'il attend. Jean-Baptiste le met sur la voie en désignant un autre que lui. Il ne retient pas l'attention sur lui, mais se comprend comme l'étape qui précède l'avènement attendu.

Jésus fait corps avec son peuple, avec son attente, et reçoit lui aussi ce baptême. Il ne surgit pas de l'extérieur, mais de l'intérieur du peuple. Jésus vient habiter l'attente de son peuple et lui apporter un don plus grand. Par lui le ciel s'ouvre pour une grâce qui dépasse l'attente.

Jésus ouvre le ciel par sa prière. Le baptême dans l'eau était le baptême du désir. Désir de conversion, désir de Dieu... La réponse, c'est le baptême dans l'Esprit. Avec lui, une révélation: celle d'une filiation. Le baptême, pour nous c'est une adoption: c'est, dans la prière de Jésus, recevoir l'Esprit-Saint, l'amour du Père et du Fils, et devenir l'espace de sa joie. Jésus inaugure ici l'exode nouveau, l'exode intérieur qui fait passer le désir du cœur vers la joie du Père. Jésus nous introduit dans l'acte essentiel de cet exode: la prière. Elle est la marque des fils, désir d'union. Elle est le lien vital avec le Père, le canal ouvert entre le ciel et la terre par tous ceux qui sont en attente de quelque chose d'autre.

N'ayons pas peur du désir qui habite notre cœur. Le Christ est venu l'habiter de tout son corps. Par lui, notre baptême a inauguré une vie nouvelle sous le signe de son désir de vie pour nous tous. Continuons d'ouvrir avec lui le ciel par notre prière d'enfant du Père pour que le monde ait la vie et qu'il l'ait en plénitude.

Equipe Evangile@Peinture – Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

Lire la suite

Nous avons vu se lever son étoile...

3 Janvier 2016 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Nous avons vu se lever son étoile...

Par étoile, les Mages ont reçu une lumière qui a illuminé leur cœur, et ils sont allés vers ce cœur divin qui les attendait. Ils offrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe : ces produits qui sont parmi les plus précieux d’Orient.
Offrirons-nous les capacités, les qualités, que nous avons et que nous pouvons mettre en œuvre pour plus de compréhension, plus de justice et de paix, là où nous travaillons, où nous vivons, où nous aimons ?
Avec une foi confiante, il nous est proposé de faire de notre vie un rayonnement de la présence divine, dans la banalité même de nos occupations quotidiennes. Et nous formerons alors ce peuple de rois, de prêtres et de prophètes qui constituent notre dignité de chrétiens. Dans ce souhait, bonne et sainte année 2016

extrait du supplément de panorama janvier 2016 - peinture" l'adoration des mages" Arcabas

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 40 > >>