Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer
Articles récents

Prière universelle 6e dimanche de Temps ordinaire

12 Février 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Prions pour ceux et celles qui sont malades et pour les personnes handicapées ; pour le personnel médical et hospitalier, pour toutes les personnes qui se dévouent au service des autres et qui contribuent à une vie plus fraternelle.

En ce dimanche de la santé, nous te prions Seigneur Jésus.

 Prions pour les familles dont certains membres ont perdu de l’autonomie à cause de la maladie, du handicap, de l’âge. Prions pour ceux et celles qui les visitent à domicile. Garde-le tous dans l’espérance de la vie.

                En ce dimanche de la santé, nous te prions Seigneur Jésus.
  
Prions pour les dirigeants des grandes puissances de notre monde. Donne à chacun la sagesse de refuser la force militaire pour résoudre les conflits. Donne-leur de se parler, de se respecter et d’agir d’abord pour le bien commun de tous les peuples.

Seigneur nous te prions.

« Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt. » 
Conduis chaque baptisé à puiser à la source pour oser participer à la démarche synodale en fonction de son charisme, Nous t’en prions, Seigneur


Equipe PU@Peinture – Pierre Lemaire et M-M Peters 
 

Lire la suite

Annonces des messe du 10 au 13 Février 2022

7 Février 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Messes : horaires

Jeudi 10 février     
  9 h 00 Messe à Hayange
 
Samedi 12 février 
18 h 00   Messe à St Nicolas en Forêt
18 h 00   Messe à Serémange

 
Dimanche 13 février 6ème Dim Temps Ordinaire
  9 h 15   Messe au Konacker
10 h 30   Assemblée de prières à Marspich
10 h 30   Messe à Hayange

Lire la suite

Méditation 5e dimanche du Temps Ordinaire année C

6 Février 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Luc (5, 1-11)
 

En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. À cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.» Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

PROFUSION PRÉMONITOIRE

Tout déborde dans cette page d’Évangile ! La foule, les filets remplis de poissons, les émotions devant tout cela. Oui, il y a de quoi non seulement être impressionné, mais aussi saisi de peur. Un tel pouvoir qui déferle renvoie à soi et à sa petitesse. Rien de plus humain… ce qui l’est moins, c’est la réponse de Jésus qui projette Simon dans une énigmatique aventure.

Cette profusion lui fait signe. Il ne comprend sans doute pas ce qui arrive et cette parole de Jésus qui une nouvelle fois le dépasse, mais, conduit à ce point de vérité sur lui-même, c’est comme si tout son être se retrouvait dans une parole qui elle aussi le dépassait certainement. C’est à genoux qu’il la reçoit, c’est-à-dire non pas depuis sa suffisance, mais depuis son indigence. C’est paradoxalement à ce point de vérité sur soi que la parole de Jésus peut faire son chemin. Jésus confie sa mission à ceux qui se sont approchés de lui et qui ont fait l’expérience de sa puissance de vie, accédant ainsi à leur pauvreté. À ceux-là, Jésus donne sa vie à profusion. C’est cela qui fait signe et qui permet de laisser toute une vie derrière soi. La profusion et l’excès sont la marque de Dieu. L’humilité est la marque de l’homme devant Dieu.

Le temps est tout à coup comme suspendu dans cette page d’évangile. La routine du métier, la nuit passée sans rien prendre, le temps long d’une vie portée par ses repères, ses joies et ses peines est tout à coup rencontrée par un inconnu et une foule suspendue à ses lèvres. Le signe adressé à Simon vient réveiller sa vie, lui offrir un sens nouveau. À travers cet épisode de pêche débordante, Jésus lui fait éprouver ce qu’il est en train de vivre lui-même dans sa propre mission. Une tâche qui excède la force d’un seul. La parole de Jésus fend le temps de Simon-Pierre et ouvre sa vie à la dimension de celle de Jésus. Tous ceux qui ont vécu l’épisode se sont trouvés bouleversés, appelés et projetés dans cette nouveauté. La vie nouvelle est en marche. C’est la marque de l’homme rencontré par Dieu. Sa vie est désormais en mouvement. Jésus ouvre cette marche sans autre programme que le salut des autres. L’amour n’a rien d’autre en point de mire. Il laisse tout en plan et vole au secours de l’humanité en panne de joie et d’espérance, assoiffée d’une parole qui fasse vivre. Les nuits de labeur prennent tout leur sens. Plus d’échec ni de déception au lever du jour.

Il y a foule à avoir besoin de toi Seigneur. Et tu appelles auprès de toi pour le service de l’Évangile ces besogneux obscurs que rien n’effraie si ce n’est leur propre pauvreté. Tu as voulu compter sur eux pour que ton Évangile parvienne jusqu’à ceux qui l’attendaient. Tu leur as confié cette mission de témoin de ton excès. Cela commence dans le silence et la sidération de tes merveilles. Cela se poursuivra dans une parole confiée, continuée, proclamée en ton nom. Tu nous charges Seigneur de ces filets d’amour où tu veux continuer de prendre les hommes. Nous n’avons pas fait grand-chose jusqu’à présent, mais sur ta parole on va jeter les filets…
 

Equipe Evangile&Peinture M-D Minassian - Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

 

Lire la suite

Prière universelle 5e dimanche de Temps ordinaire année C

4 Février 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Pour la barque de Pierre, notre Église. Qu’au milieu des tempêtes, elle ne craigne pas d’annoncer l’amour et la paix, Nous t’en prions, Seigneur

Le nombre des prêtres diminue sans cesse dans l'Eglise. Sauve-nous du découragement, suscite des vocations, inspire-nous de nouvelles façons de témoigner de l'Evangile, Nous t’en prions, Seigneur

"Laissant tout, ils suivirent Jésus". Seigneur, libère-nous de nos peurs, de nos méfiances, de nos résistances et de tout ce qui nous entrave, afin que nous marchions à ta suite, Nous te prions, Seigneur

Chaque baptisé est responsable de l'Évangile là où il vit : au travail, en famille, à l’école. Pour que cette Eucharistie réveille notre ardeur, Nous t’en prions, Seigneur

Regarde notre communauté rassemblée. Bénis celles et ceux qui sont dans la joie, réconforte celles et ceux qui sont dans la peine et que la fraternité grandisse pour chacun d’entre nous, Nous t’en prions, Seigneur

 

Equipe PU@Peinture – Marie-Madeleine Peters – Peinture Bernadette Lopez
 

Lire la suite

Méditation 4e dimanche du Temps Ordinaire année C

30 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Evangile selon saint Luc  (4, 21-30)
 

En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !” » Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.


ÉCUEIL LOCAL
Il y a parfois des sauts à faire. Mais quand ils sont trop importants, il y a bien des chances que les choses tournent court. Jésus est chez lui à Nazareth et vient de vivre l’investiture de la Parole prophétique. Il est celui qu’Isaïe annonçait. Le temps est venu d’apporter la libération aux pauvres et aux captifs. Mais les auditeurs de ce message doivent surmonter un double écueil.

Le premier, c’est de recevoir ce message de la bouche du fils du charpentier local. Difficile à concevoir que le gamin du coin devienne le libérateur de tout un peuple. Pire, en mettant le doigt sur cet écueil de la disqualification par avance, sur le péché originel de ses anciens voisins, Jésus acte leur auto-exclusion de la Bonne Nouvelle et de ses bienfaits. Il n’en fallait pas plus pour porter à son paroxysme l’impossible réception de son témoignage et déchaîner la violence à son endroit. Qui aurait pu prévoir une telle issue ? Jésus est au tout début de son ministère. Et il est seul. Il n’a pas encore de disciples. Ce n’est en tous les cas pas dans ce cercle qu’il va les trouver. La jalousie aveugle et sourde empêche l’Évangile de délier les cœurs aigris ou repus d’une vie qu’ils ne peuvent imaginer autre. Jésus ne peut simplement rien pour eux. Ils sont leur principal obstacle et vont jusqu’à vouloir tuer celui-là même qui aurait pu les sauver et les extraire de leurs vies figées. Rude expérience pour Jésus qui, loin de le décontenancer, l’affermit sur sa voie. Rien n’a de prise sur lui. Son pouvoir de vie est pour ceux qui en ressentent le besoin. Il doit laisser les autres à eux-mêmes. Cette liberté intérieure acquise au désert lui fait échapper aujourd’hui à la mort que lui réservaient ses voisins. Demain elle lui fera embrasser la mort sur la croix et le pardon pour tous.

Nous avons sous les yeux le début d’une vie qui va tracer son chemin au milieu de ce peuple prompt à la violence. Une vie qui va devenir vainqueur de l’instinct de mort pour lui substituer l’instinct de l’amour et du pardon par avance. Jésus s’est servi du tremplin de la jalousie qui aurait pu l’engloutir et l’enfermer définitivement dans ce que son origine lui dictait. Mais sa vie prend sa source ailleurs. Cette vie-là, personne n’a de prise sur elle. L’Esprit seul en explique les mouvements. Et c’est dans ce sillage que vont s’inscrire ses disciples, nous aujourd’hui.

Chaque dimanche, nous nous rappelons collectivement que notre vie prend sa source ailleurs et que notre liberté d’aimer ne saurait être mise sous le boisseau. L’Esprit nous attend et nous fixe le temps de l’émancipation de tout regard extérieur. C’est Dieu qui nous envoie chaque matin ouvrir le Livre de l’espérance pour ceux qui l’attendent. Et c’est notre vie qui est requise pour son ministère de tendresse. Dieu s’est confié à nous. Il est au creux de nos mains pour devenir le faîte de nos jours.

 

Equipe Evangile@Peinture - Marie-Dominique Minassian – Peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Annonces des messe du 30 Janvier au 7 Février

29 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Annonce des messes

Dimanche 30 janvier  -  4ème Dim Temps Ordinaire
  9 h 15   Messe au Konacker 
10 h 30   Assemblée de prières à Marspich 
10 h 30   Messe à Hayange 
– Joseph CICCIA, Maria Rosa, Maria Carmela, Nicodemo – Les Ames du Purgatoire – Les Défunts d’Une Famille – Jacqueline LAFLÈCHE née HALTER décédée au Canada le 27 janvier à 87 ans – Marie-Madeleine GAVINELLI décédée le 21 janvier à 89 ans –

Jeudi 3 février     
  9 h 00  Messe à Hayange
 
Samedi 5 février 2022
18 h 00   Messe à Ranguevaux
18 h 00   Messe à Serémange

 
Dimanche 6 février 5ème Dim Temps Ordinaire
  9 h 15   Messe à Neufchef
10 h 30   Messe à Marspich 
10 h 30   Messe à Hayange

Lire la suite

Prière universelle 4e dimanche de Temps ordinaire

28 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

« N’est-ce pas là le fils de Joseph ? », s’étonnent les auditeurs de Jésus. Prions pour que tous les chrétiens reconnaissent d’abord dans chaque homme, des fils et filles bien-aimés de Dieu, frères et sœurs de Jésus. Seigneur nous te prions.

 Regarde les prophètes du droit, de la paix et de la justice qui humanisent notre monde. Éclaire leur recherche de vérité, Nous t’en prions, Seigneur

Seigneur, tu es notre espérance, nous te confions toutes les personnes qui sont impliquées dans la lutte contre le Covid ainsi que tous les malades du Covid. Dieu, nous t’en prions : aide notre monde à sortir de cette pandémie. Nous t’en prions, Seigneur

Regarde les membres de notre Communauté. Que nous accueillions la parole de Dieu dans un cœur généreux afin qu’elle produise jour après jour toute son action en nous, Nous t’en prions, Seigneur 

 

Equipe PU@Peinture - Pierre Lemaire – Marie-Madeleine PetersPeinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Méditation 3e dimanche du Temps Ordinaire Année C

23 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Luc (1, 1-4.4,14-21)

Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : ‘L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.’ Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

PROMESSE TENUE

C’est beau de relire en ce dimanche l’intention de l’évangéliste Luc… Le Théophile que nous sommes sera sensible au mot-clé du jour : accomplissement. Tout l’Évangile est le récit d’une promesse tenue, celle de Dieu, qui a traversé les siècles à travers des hommes choisis pour rappeler d’âge en âge son alliance. Dieu a bonne mémoire ! La nôtre part parfois à la dérive et la liturgie est là pour lui en refaire quotidiennement le récit, pour réactiver la reconnaissance et l’engagement.

Jésus marque un terme à ce temps de mémoire. Il fait mieux : il l’actualise. Il le prend en lui, il l’assume. Ce qui était annoncé est arrivé. Nous avons sous les yeux le fruit mûr du temps : Jésus vient changer le cours des choses. Il vient habiter de tout son être le sabbat, le jour de Dieu, et la synagogue, le lieu de Dieu. Visitation divine. Le temps et l’espace sont saturés de sa présence et ses paroles ouvrent le temps nouveau de la réalisation de sa parole. L’aujourd’hui de son cœur a choisi son camp pour se dire. Les pauvres seront les premiers à ressentir les effets de sa présence. Dieu choisit ce qui est petit pour faire éclater sa puissance de vie. Liturgie du bonheur inaugurée ce jour à la synagogue de Nazareth, cette lecture n’en finit de résonner et nous atteint aujourd’hui encore. Nous voyons Jésus à l’œuvre encore en nous à chaque fois que nous ouvrons le Livre, et que nous rejoint l’aujourd’hui de Dieu. Il nous fait signe : Aujourd’hui, écouterez-vous sa parole ? (Ps 94)

Le psalmiste fait bien de nous réveiller chaque matin avec cette question livrée à notre prière ! Car il s’agit bien de cela. Chaque aujourd’hui, chaque jour devrait être la recherche constante des traces de l’accomplissement de sa Parole. Dieu est à l’œuvre. Qui pour en faire aujourd’hui le récit ? Qui pour en être les témoins crédibles ? Comment rendre compte d’un Dieu aujourd’hui qui est en train de faire ce qu’il dit ? Comment notre foi s’en nourrit ? Nous voici convoqués à la barre des témoins… qu’avons-nous à dire au crédit de Dieu ? Quelle est donc cette Bonne Nouvelle que nous voyons, dont nous vivons et qui est digne que nous nous y abandonnions pour en faire le cœur battant de notre vie ? Notre aujourd’hui, nos pauvres, nous demandent des comptes. Quels motifs avons-nous d’être confiants, engagés… heureux ?

Il y eut un homme qui un jour a tout changé par sa vie de fils du Père. Il a rendu le Livre pour que d’autres s’en saisissent et y trouvent la source jaillissante pour leurs vies d’hommes et de femmes, et que d’autres croient par eux que Dieu tient ses promesses. Sa Parole éternelle est toujours là pour soulever nos énergies et les distribuer là où elles manquent. L’aujourd’hui de Dieu a besoin de nous pour retentir en vérité, Parole méditée traduite en actes engagés. La marque de fabrique de Dieu c’est nous aujourd’hui qui avons écouté sa Parole.

"Viens Esprit de conseil, Tiens-nous en éveil Pour vivre de la Parole de Dieu, En tout temps et en tout lieu !"


Equipe Évangile&Peinture - Marie-Dominique Minassian- Peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Prière universelle 3e dimanche de Temps ordinaire

22 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

« Dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il a voulu... » Père, tu nous as donné un corps pour la gloire de ta vérité et de ton amour. Pour que tous nos membres soient au service de la dignité humaine et de toute la Création, Nous te prions, Seigneur
 

« Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance... » Père, nous sommes tes mains dans ce monde où tant d'hommes manquent du minimum vital. Pour que nous nous engagions davantage dans le combat pour une véritable solidarité, Nous te prions, Seigneur 
 
«Tous, nous avons été baptisés dans l'unique Esprit pour former un seul corps. » Père, ceux qui portent le nom de ton Christ offrent au monde le spectacle de leur désunion. Pour que nous nous sentions tous frères et que vienne le jour de l'unité totale, Nous te prions, Seigneur

«L'Esprit du Seigneur est sur moi, il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.. » Père, par l'onction du baptême nous sommes devenus un peuple de prophètes. Pour que nous soyons porteurs de l'Evangile et que nous servions les pauvres en premier, Nous te prions, Seigneur

« Ce jour est consacré à notre Dieu », dit Néhémie. Prions pour notre communauté de paroisse, pour qu’ensemble nous profitions du dimanche pour lire et goûter la parole de Dieu, et nourrir notre foi. Seigneur nous te prions
 

Equipe PU@Peinture - Marie-Madeleine Peters - Peinture Bernadette Lopez

Lire la suite

Divine cuvée - 2e dimanche du temps ordinaire

16 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #méditation

Évangile selon saint Jean (2, 1-11)

En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

DIVINE CUVÉE

On a beau être invités à une fête, donc déchargés de toute responsabilité ou tâche concrète, quand on est attentifs à la vie, on voit bien si quelque chose lui manque. Marie était de ces personnes veillant sur la vie, anticipant ce qui pourrait lui manquer. C’est l’amour qui donne ce regard ample et profond. Et comme c’est d’un mariage qu’il s’agit, la fête de l’amour ne peut être gâchée.

Marie agit donc en se tournant vers son fils, certaine qu’il est la clé de la situation. Marie est d’ailleurs la seule à le savoir. Ses disciples sont avec Jésus sur les dires de Jean-Baptiste. “Voici l’Agneau de Dieu”, leur avait-il seulement dit. Questionné, Jésus les avait simplement invités : “Venez et vous verrez”. Ils sont là, à la fête. La réponse abrupte de Jésus à sa mère semble signifier que la demande n’est pas à la hauteur de la mission de Jésus. L’Heure dont il parle c’est celle pour laquelle il est venu et qui va le dévoiler à tous sur le trône de la croix. Mais il est aussi des “petites heures” dans la liturgie du don. Et Marie le sait bien poussant ainsi son fils à l’action. C’est bien d’alliance qu’il s’agit dans ce mariage, et de célébration de la vie. Entre Dieu et l’homme. Et Jésus est venu pour cela, vivre et célébrer en sa chair l’amour du Père pour tous les hommes. Le sauvetage de l’amour commence ici à Cana, dans l’anonymat d’un mariage qui aurait pu mal commencer. L’écoute de la situation, la lecture divine des événements et l’intercession.

A Cana, Marie nous initie à la lectio Divina, au regard intégral qui veille en tous temps sur la vie, et se tourne vers son enfant, donné pour que le monde ait la vie en plénitude. Ouverte par sa maternité au désir de Dieu, elle s’est ouverte aux besoins des hommes. Quelque chose s’inaugure à Cana. Le service de la vie est en jeu. Marie fait entrer Jésus dans son offrande. Cette eau transformée en bon vin à profusion est le fruit du pressoir du cœur de Marie. Il est le fruit du pressoir par lequel Dieu lui-même a choisi de passer pour nous donner de son cœur, pain et vin, nourriture pour la vie éternelle. La mère et le fils… merveilleux tandem à l’œuvre pour la joie de tous.

Ce jour-là ce n’est pas seulement une fête qui a été sauvée, c’est la porte du ciel qui s’est ouverte, accessible à tous ceux qui, comme Marie, savent que Jésus est là et que toute chose peut se transformer sous son action. Á commencer par nous qui pouvons devenir sa chair et son sang, sa présence continuée sur cette terre qui a tant besoin de sa bonté. “Faites-tout ce qu’il vous dira”, enjoint Marie… Elle vient d’embaucher ses diacres de l’espérance, pour le service de la table des affamés et des assoiffés de justice.

Cet appel, c’est pour nous aujourd’hui. Devenons les témoins émerveillés de sa grâce qui sourd de nos jours les plus enténébrés, les serviteurs de la confiance, les discrets agents de la bonté et de la joie pour tous.


 
Equipe Evangile&Peinture - Marie-Dominique Minassian – Bernadette Lopez

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>