Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer
Articles récents

Fête de la Sainte Famille

27 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Meditation

Visitation Rituelle - Méditation de l'Evangile selon saint Luc ( 2,22-40)

Rien de plus banal que ce couple, Marie et Joseph, qui vient honorer Dieu et sa Loi prescrivant de lui consacrer le premier-né masculin. Et pourtant, une fois encore, le texte déborde de mystère. Il semble se placer à la croisée du temps dans une admirable convergence des êtres et des promesses. Syméon reçoit dans ses bras l’attente de toute une vie au soir de la sienne, et Anne, comme en écho, venait confirmer par sa louange l’événement du jour. L’enfant poursuit son chemin, mais il bouleverse déjà les cœurs religieux qu’il est venu combler. Cette vie en genèse est bien la lumière d’un monde.

Syméon et Anne ont vu se lever le soleil des temps nouveaux au couchant de leur vie. L’attente est terminée. C’est la célébration qui prévaut, même si une nouvelle annonciation est faite à Marie. Le tragique n’est pas absent du merveilleux et du mystère. Il l’accompagne, comme l’ombre accompagne la lumière. Mais l’heure n’est pas encore venue. Cette vie promise à de grandes choses balbutie à peine quelques mots. Le temps donnera son fruit. En attendant, il est confié aux bons soins du père et de la mère. Dieu ne prend pas d’autre chemin que celui de l’humain. Mais le quotidien lui aussi a vécu sa Visitation au Temple. Comment continuer à vivre sa vie avec ces événements, ces paroles prononcées ? Rien ne peut plus être comme avant. Désormais résonnent les mots de la prophétie accomplie, les mots du prophète débordés de joie, les mots ouverts à l’avenir, la chair de l’espérance. Comment regarder désormais cet enfant si ce n’est par ce prisme nouveau de ce jour décisif ?

Jésus ne leur appartient déjà plus. Il appartient à l’espérance de ceux qui l’attendent. Il est venu au monde pour cela, pour tous ceux-là qui guettent un monde nouveau. Les yeux de ses parents ne peuvent plus désormais oublier qu’il n’est pas leur enfant. Ils ne peuvent plus l’enfermer dans leur vouloir. Il est né d’un autre vouloir. Marie et Joseph eux non plus ne s’appartiennent plus. Le glaive a entamé son travail de séparation. Ils sont au service d’une parole en cours, d’une parole qui va leur échapper. Ils sont l’icône des mains ouvertes qui ne peuvent se refermer sur l’enfant reçu. Il est destiné à passer de bras en bras pour que tous puissent toucher Dieu. Il sera à tous et pour tous. La joie ne relève pas du sang. Elle est le tremblement de la chair traversée par la grâce. Il est venu au milieu de nous pour cela: un tremblement de joie.

Soyons ces bras ouverts, accueillants à ce grand bouleversement d’un Dieu qui n’en finit pas de nous faire grandir en sagesse et en grâce à mesure que nous laissons sa parole nous entraîner au-delà du premier coup d’œil. En Jésus, il y a bien plus qu’un enfant. Il y a Dieu. Heureux ceux qui laissent Dieu prendre le temps de l’être !
 

Equipe Evangile&Peinture - M-D Minassian – Peinture Berna - composition F Roger

Lire la suite

Publié depuis Overblog

26 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Pour l’Eglise, famille enracinée dans Ta parole et dans la prière, confrontée aux nombreux défis de notre temps, qu’à l’exemple de la sainte Famille, elle soit dans le monde, signe lumineux de l’amour de Dieu pour les hommes. 

Dieu notre Père nous te prions

Pour les familles du monde entier qui connaissent l’épreuve, pour les familles meurtries, en exil, dispersés dans des camps de fortune..., pour les sans-papiers, les familles à la rue. 
Qu’elles puissent être accueillies dignement et trouvent aide et réconfort à travers l’amitié sociale et la fraternité de tous

Sainte Famille, nous vous en prions

Pour toutes les familles qui, au sein de notre société bouleversée et désorientée par la crise sanitaire, qu'elles demeurent fidèlement ancrée dans le Christ, et s’efforcent d’accompagner leurs enfants sur le chemin de l’Evangile, 

Dieu notre Père nous te prions

Pour les jeunes qui fondent un foyer avec le désir d’un amour fidèle, 
Pour nous tous et pour nos familles, donne-nous la grâce de l’unité et du bonheur

Sainte Famille, nous vous en prions

Equipe PU@Evangile- extrait de  St Pierre Val de Loire – Peinture Berna Fribourg

Lire la suite

Aujourd'hui, vous est né un sauveur

25 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Meditation

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (1, 1-18)
Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.
 
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Aujourd’hui, nous est né un Sauveur

Il fait nuit. Aujourd’hui d’un feu alimenté avec du bois mort, les bergers dorment. Sauf un, commis à la garde du troupeau. La nuit est pleine de mystère : on peut rêver et contempler les étoiles. Mais il faut se méfier. Le loup rôde autour de l’enclos. Le voleur aussi.

Un berger veille est nous ignorons le cours de ses pensées. Peut-être évoque-t-il ce couple aperçu dans les parages : la jeune femme semblait fatiguée. L’homme avait l’air d’un honnête travailleur. Lun et l’autre en quête d’un abri. 

Non loin du champ où paissent les brebis, se dresse la masse inquiétante de la résidence d’Hérode. Souvent les bergers voient aller au rythme de leurs chevaux, les défenseurs de la citadelle. Ils en ont peur. Au service de leurs bêtes depuis l’enfance, ignorant la Torah et les prophètes, méprisés par les pharisiens qui les disent aussi stupides que leurs moutons, les bergers n’ont pas d’avenir.
 

Dans cette nuit semblable aux autres et qui promet un lendemain bien gris, un homme veille… Surgit alors une lumière éclatante. Ses compagnons tirés de leur sommeil s’interrogent. Bientôt l’ange du Seigneur les interpelle. Peut-être ont-ils appris qu’autrefois Dieu avait parlé à son peuple. Mais savent-ils que Dieu avait parlé aime d’amour les pauvres et les petits ?
 

La parole qu’ils entendent est inouïe : « Je vous annonce une grande joie pour tout le peuple. Il vous est né aujourd’hui dans la ville de David un Sauveur qui est le Christ Seigneur. »
 

Pour eux, pauvres et misérables, que signifie cette joie ? En outre, à l’époque, le sauveur, c’est l’empereur de Rome, bien plus puissant qu’Hérode ! Quant au messie, Israël l’attend depuis des siècles. Emerveillés, les voici en marche, bercés par le chant des anges : « Gloire à Dieu…paix aux hommes… » 

Ils vont à la crèche, s’extasient devant l’Enfant, croisent le regard lumineux de Marie, l’humble sourire de Joseph. Ils ne savent pas encore que l’enfant s’appelle Jésus.
 

Dans leur enthousiasme, ils vont répandre la nouvelle. Ces hommes que l’on croyait muets, car personne ne leur donnait la parole, surprennent leurs auditeurs. Nous ne savons pas comment Bethléem accueille le message, mais Hérode, bien renseigné, n’hésitera pas à massacrer des innocents. L’annonce de Noël, imprégnée de joie, met l’accent sur l’aujourd’hui du Salut. « Maître des temps et de l’histoire », Dieu nous aime assez pour nous donner son Fils. Fidèle à lui-même, il s’adresse aux tout-petits. Il leur confie un message qui les dépasse infiniment et qui traverse les siècles.

Il n’y a qu’une nuit de Noël. Une parole des anges aux bergers. Est-ce que, pour autant, Dieu se tait ? Non pas. L’Amour s’est révélé et continue de se dire au fol de l’histoire et dans toutes les langues. Regardons autour de nous. L’amour n’est pas mort. Dieu parle par ses enfants et pour ses enfants. 
 

Nuit de Noël à l'église St Joseph de Serémange

Peu importe la couleur, la culture, la religion. Des migrants en péril sont secourus en Méditerranée, des soignants se mobilisent pour servir les victimes d’un virus. Nous avons trop souvent coutume de nous plaindre – et les raisons ne manquent pas – d’une société victimes de ses excès, des jalousies et du culte effréné du moi. 

Pourtant, la lumière de Noël ne cesse pas de briller pour la joie des pauvres, à travers le témoignage de ceux qui la maintiennent contre vents et marées. L’Evangile passe ainsi de main en main... Il porte du fruit. Nous sommes les bergers de ce monde et les destinataires du chant des anges ; « Gloire à Dieu… paix aux hommes. »

Equipe Evangile@Peinture – Texte Père Georges Auduc - Paray-le-Monial - Illustration Anne Wouters fnp-édition Gilly - Berna Fribourg - Composition François Roger
 

Lire la suite

Prière universelle Jour de Noël

24 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

« Un enfant nous est né, un fils nous a été donné » 
Prions pour que l’Église, messagère de cette Bonne Nouvelle, annonce à tous, dans la joie : « Aujourd’hui nous est né un Sauveur », « Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » !

Nous t’en prions, Seigneur

« Comme ils sont beaux sur les montagnes, les pas de celui qui annonce la paix ».
Nous te confions notre monde : Eclaire-le pour que les réponses aux défis et aux enjeux d’aujourd’hui permettent à tous de vivre dignement dans la justice et dans la paix. 

Nous t’en prions Seigneur

« Marcher dans la clarté de Dieu ».
Prions pour les familles, pour celles qui vont pouvoir se retrouver aujourd’hui. Donne à tous les parents une grâce de fidélité ; que ton Esprit Saint accompagne ceux qui sont sur un chemin de réconciliation.

Seigneur nous te prions

« A tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir de devenir enfants de Dieu ».
Nous te confions notre communauté : Affermis-la dans la foi et ravive en elle le désir de témoigner de ta présence et de ton amour avec audace et détermination. 

Nous t’en prions Seigneur
 

Equipe PU@Evangile - PrionsenEglise- Peinture Berna

Lire la suite

Prière universelle - Nuit de Noël

23 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

En cette nuit de Noël, Seigneur Jésus, Lumière du monde, éclaire ton Église
Aide-la à bien discerner sa mission et à porter à tous les hommes la Bonne Nouvelle :
Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur

Seigneur Jésus, lumière de monde, nous t’en prions

En cette nuit de Noël, prions le Seigneur, Prince de la paix, d’assister les responsables de toutes les nations pour qu’ils travaillent à plus de justice et de paix dans le monde

Seigneur Jésus, Prince de la Paix, nous t’en prions

En cette nuit de Noël, Jésus est né en chemin, comme un réfugié
Il n’y avait pas de place pour sa famille dans la salle commune
Prions pour les peuples déplacés, pour les migrants et ceux qui n’ont ni toit ni bagage, 

Seigneur Jésus, Père à jamais, nous t’en prions 

En cette nuit des Noël, Seigneur Jésus, Conseiller-merveilleux, aide-nous à témoigner, comme les bergers venus à la crèche de ce que nous avons vu et entendu 
Unis notre communauté de chrétiens en prière 
au chant des anges qui te louent dans le ciel 
et que vienne sur nous tous la joie de ta présence

Seigneur Jésus, Conseiller- merveilleux, nous t’en prions

Equipe PU@Peinture - Illustration Paray-le-Monial

Lire la suite

Annonce des Messes du 24 au 27 décembre

21 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Messes : horaires

Jeudi 24 décembre
  9 h 00   Messe à Hayange Saint Martin
« VEILLE de NOËL »
16 h 00 Messe de la Nuit Noël à la Chapelle du Konacker
17 h 30 Messe de la Nuit  Noël à Ranguevaux 
17 h 30 Messe de la Nuit Noël à Marspich
19 h 00 Messe de le Nuit Noël à Neufchef
19 h 00 Messe de la Nuit Noël à Serémange
JOYEUX NOËL 
Vendredi 25 décembre     JOUR de NOËL
10h30 Messe du Jour de Noël à Hayange Saint Martin 
 


Samedi 26 décembre  
18 h 00   Messe à Serémange
 Dimanche 27 décembre         
  9 h 15   Messe au Konacker
10 h 30   Messe à Marspich   
10 h 30   Messe à Hayange – André HEINTZ décédé le 25 mars à 79 ans – Jean-Marie PATÉ (anniversaire de sa naissance) – Giovanni BOSI décédé le 15 décembre à 85 ans – Marie JACQUEMIN décédée le 14 décembre à 97 ans – Constantin VILARINO décédé le 16 décembre à 94 ans

Lire la suite

Consentir à l'œuvre de Dieu - 4e dimanche de l'Avent 2020

20 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Meditation

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (1, 26-38)

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.  À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

EFFRACTION GRACIEUSE

On ne se lasse pas de réentendre cette histoire et cependant, elle semble comme échapper à notre entendement. Cette histoire n’est pas la nôtre et pourtant elle nous regarde, nous concerne et nous éveille. Cette histoire vient nous dire quelque chose de Dieu, et aussi quelque chose de nous. Laissons-nous faire par cette histoire de Marie...

Son avenir promis et paisible ne le sait pas encore, mais il va accueillir l’imprévisible. Dieu, par son ange, entre par effraction dans la vie de Marie. Il lui donne de voir ce qu’aucun projet humain ne saurait concevoir. Elle entre dans la confidence de Dieu et de son grand projet au milieu des hommes.

Marie, le fruit de tes entrailles nous fera voir la lumière. Il sera bien ton fils mais il sera surtout notre maître. Il sera bien des nôtres, mais pas tout à fait. Sa lignée royale n’échappera pas à certains. Les uns la craindront et les autres la révèreront. Son existence ne va pas briller tout de suite. Il va grandir dans l’ombre de qui l’a conçu. Il va vivre de cette filiation d’adoption, en recevoir le poids de réel et d’attente jusqu’à ce point de mûrissement qui le fera quitter le temps ordinaire pour entrer dans le poids d’éternité de sa venue.

Dieu a déchiré le temps. En le couvrant de son ombre il lui a offert son fruit. Il est venu porter à maturité l’humanité blessée par son histoire. Dieu est venu donner un avenir à chacun d’entre nous. Il vient sauver par le haut toutes nos stérilités. Il vient donner un avenir à tous nos projets. Dieu s’embarque dans toutes nos histoires. Il les porte peu à peu à ce point d’obéissance où sa Parole d’éternité réconcilie le temps, les êtres et les événements. Dieu donne de voir ce point de convergence de toutes nos histoires dans la sienne. Il a trouvé en Marie sa correspondante. En joseph aussi. Histoire d’alliance humaine visitée par la grâce, disposée pour une royauté en quête de nos territoires intérieurs.

Ton Royaume n’est pas de ce monde. Ton monde nous appelle. Il nous extrait de toutes nos histoires pour une rencontre. Sommes-nous en capacité d’accueil, comme Marie ? En capacité de joie pour un projet qui n’est pas le nôtre ? Laissons-nous traverser comme Marie par le grand désir de Dieu de nous combler de sa grâce et d’offrir à nos vies ce poids d’éternité, cette échappée du regard qui enjambe tous les impossibles qui les stérilisent. Dieu a décidé d’en finir. Il vient lui-même nous montrer comment faire pour grandir, vivre et aimer. Il n’y a qu’une histoire à vivre. Il nous la prête chaque année. A prendre ou à laisser.

Marie,
porteuse de joie

Ô notre Dieu, 
tu as transmis à Marie
un message de joie,
en lui disant, par la voix de l’ange :
«  Je te salue, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec toi. »

Seigneur, tu salues notre humanité :
tu veux y faire habiter ta divinité.

Ouvre mon cœur à cette annonce,
pour que je t’écoute comme Marie.
Ouvre le cœur de notre monde :
qu’il soit sensible à Ta Parole.

Marie va concevoir un enfant,
elle lui donnera naissance,
elle veillera à sa croissance.

Aide notre humanité, Seigneur,
à recevoir elle aussi ton fils Jésus,
pour qu’il naisse dans les cœurs
qu’il guérisse les blessures
et qu’il éclaire nos chemins.
Amen.
 

Equipe Évangile&Peinture – textes Marie-Dominique Minassian – Jean-Pierre Delville – illustrations Bernadette Lopez – Dominique Mertens – Anne Wouters – composition François Roger – fnp-edition.com

Lire la suite

Prière universelle 4e dimanche de l'Avent

18 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Regarde les hommes et les femmes qui ont répondu ”oui” à ton appel : Qu’ils trouvent, pour chaque jour, la force de poursuivre leur chemin, dans la joie de la fidélité et du service.

Nous t’en prions Seigneur
 

Regarde toutes les mamans de la terre : celles qui, aujourd’hui même, vont mettre au monde leur enfant, celles qui connaissent le bonheur et l’épanouissement dans leur maternité et celles aussi qui sont dans la peine et le souci à cause de leurs enfants.

Nous t’en prions Seigneur

Regarde les jeunes de nos familles, dans nos écoles, nos paroisses, tous ceux que nous côtoyons au quotidien : Qu’ils trouvent sur leur route des hommes et des femmes qui sauront les guider dans leurs choix futurs et leur faire découvrir le sens et l’importance du « oui ».

Nous t’en prions Seigneur
 

Regarde notre communauté : Noël est maintenant tout proche ; Dépouillons notre cœur et ouvrons nos mains pour accueillir l’enfant de la crèche avec humilité et simplicité

Nous t’en prions Seigneur

Equipe PU@Peinture - M-M- Peters -  Peinture Bernedette Lopez - Fribourg

Lire la suite

13 décembre 2020 - 3iéme dimanche de l'Avent (B)

13 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Temps de l'Avent 2020

Évangile selon saint Jean (1, 6-8.19-28) 
Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui (…) Voici le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi même ? » Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » (…) Ils lui posèrent encore cette question :

« Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » (…) 

JOIE SECRÈTE 
 

Impossible d’échapper à la joie de ce dimanche qui déborde de tous les textes. Pourtant, dans l’évangile, ce qui domine dans le face à face entre Jean-Baptiste et ceux qui viennent l’interroger, c’est autre chose. Car ses interlocuteurs ne viennent pas se faire baptiser par lui. Ils viennent enquêter, envoyés par la peur d’autres qui voient en lui une menace. Or, son attitude est en contraste parfait avec l’inquiétude manifeste qu’il soulève en haut lieu. D’où Jean-Baptiste tire-t-il sa sérénité et son calme ? 

Regardons ses réponses... à la question sur son identité, Jean-Baptiste répond par l’Écriture. Je suis, dit-il, en train de vivre l’Histoire Sainte, la prophétie qui se réalise. Je suis en train de préparer le terrain à la joie des autres. Ma vie est tournée vers un autre qui vient. Ma vie c’est lui et ces autres qui le cherchent. Ma vie n’a pas d’autre pourquoi que lui... 

Il fait bon rencontrer Jean-Baptiste aujourd’hui. Que ferait-il de notre nuit qui plonge nos esprits et nos cœurs ballottés par les événements et le marasme ambiant ? Il est là pour nous rappeler le motif profond à la source de notre identité et de notre agir : l’Évangile est en marche et ouvre l’espérance au cœur de la nuit. 

Jean-Baptiste n’est pas qu’une parole qu’on aime bien écouter de temps en temps comme Hérode mais sans incidence sur notre vie et qu’on finit par emprisonner et supprimer, coincé par l’incohérence dans laquelle on est empêtré. L’Évangile dont nous parlons, c’est quelqu’un qui vient nous chercher et nous dévoiler le fond de toutes choses. C’est l’histoire d’une lumière jetée sur qui nous sommes et la vie que nous menons. 

Jean-Baptiste nous parle d’une vie qui peut reprendre sens et orientation à tout moment. Il nous replonge dans la joie d’une histoire non pas lointaine mais actuelle. Nous sommes en train de la vivre. Reprenons pied dans l’assurance de Jean-Baptiste. Il vient aujourd’hui baptiser notre désir de vivre et le plonger dans la joie de celui qui vient. Il est déjà là parmi nous. 

Réveillons nos sens, reprenons vie de cette présence discrète. Comme Jean-Baptiste, soyons témoin de l’histoire sainte qui se déroule en ce moment et de cette présence cachée au creux de chacun. De l’eau surgit la lumière. Regardons la vie depuis la joie. Cette rive-là est atteignable à force de regarder Jésus nous y attendre, à force d’aimer ceux qui nous entourent. Faisons gagner la joie en intensité. C’est le pain de la vie bousculée, l’énergie du combat assumé. La nuit passera. Le jour vient. 

Jean Baptiste
témoin de la lumière

Seigneur notre Dieu
Jean Baptiste est venu
rendre témoignage à la lumière.
Dans les violences de son temps,
au milieu des dangers du désert,
Il a osé être ton témoin
et parler aux hommes de ta lumière.

Eclaire ma vie, Seigneur
car elle est fragile
et doit affronter les dangers
qui menacent chaque existence.

Eclaire notre monde, Seigneur,
car, derrière ses performances,
il découvre ses faiblesses
et génère l’injustice.

Fais-nous deviner la présence
de celui qui se tient au milieu de nous,
que nous ne connaissons pas,
mais que tu vas nous révéler
dans la lumière de sa nativité.
Amen.

 

Equipe Évangile&Peinture – textes Marie-Dominique Minassian – Jean-Pierre Delville – illustrations Bernadette Lopez – Dominique Mertens – Anne Wouters – composition François Roger – fnp-edition.com

Lire la suite

Annonces des messes du 12 au 20 décembre 2020

12 Décembre 2020 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Messes : horaires

Samedi 12 décembre 
18 h 00   Messe à Serémange

Dimanche 13 décembre         3ème Dimanche de l’Avent
9 h 15   Messe au Konacker
La chapelle peut accueillir 25 personnes.
– Domenica MORELLI décédée le 8 décembre à 95 ans
10 h 30   Messe à Marspich
L'église peut accueillir cinquante personnes dans la nef.
10 h 30   Messe à Hayange
– Marcel GORINI décédé le 3 décembre à 75 ans
– Marie ROCCHI décédée le 9 décembre à 94 ans
– Albert LAMBERT décédé le 8 décembre à 70 ans
– Stanislawa MANYS (anniversaire, 2 ans), son époux Henri et leur fils Patrick
– Une intention particulière 
 
Jeudi 17 décembre
  9 h 00   Messe à Saint Martin
– Francesco MAZZA et Maria BRUNO, Giulia MAZZA, Salvatore ASSENATO
 
Samedi 19 décembre
18 h 00   Messe à Serémange
 
Dimanche 20 décembre         4ème Dimanche de l’Avent
  9 h 15   Messe à Neufchef
– Roger HOTTIER (à l’occasion de sa fête)
10 h 30   Messe à Hayange
– Mario LO GIUDICE (2 mois)
– Maria FAZZARI
– Luisa PIRES (anniversaire, 2 ans)

Lire la suite